meditation

Contre le stress et la douleur, la méditation!

La méditation peut être un moyen efficace de combattre la douleur et le stress : 20 minutes, une ou deux fois par jour vous fait l’effet d’une pilule contre le stress. En 2006 une étude américaine a constaté que ceux qui pratiquaient la méditation réduisaient la sensation de douleur de 40 à 50%. Dans une étude, les patients atteints de cancer inscrits à 8 semaines de méditation et de yoga ont montré des diminutions significatives des symptômes de stress y compris des baisses de tension artérielle et de fréquence cardiaque.

Dans une étude conduite par Paul-Labrador, les chercheurs ont constaté que la médiation pourrait stabiliser le niveau d’insuline et le rythme cardiaque. D’autres études ont prouvé que la méditation pouvait être efficace dans la réduction du mauvais cholestérol et dans la lutte contre la cirrhose. Vous n’avez pas besoin d’ordonnance pour méditer.

Une fois que vous aurez appris les techniques de base, vous n’aurez besoin que d’un endroit calme et de 20 minutes par jour. Voici des stratégies qui peuvent vous aider à faire de la méditation une réalité.

Choisissez-vous un horaire et gardez-le ! _ La routine est importante dans la pratique de la méditation. Choisissez-vous un moment où vous savez que vous serez libre tous les jours. La méditation demande d’être alerte, donc si vous avez plus d’énergie en début de matinée, c’est le moment que vous devez choisir pour méditer.

Alignez votre colonne vertébrale _ Une mauvaise posture va vous donner l’impression que ces 20 minutes durent 2 semaines. Asseyez-vous sur le sol ou sur une chaise et gardez votre tête, votre dos et votre cou bien alignés, droits et détendus. Respirez profondément et lentement en soulevant votre diaphragme.

Chassez la douleur _ La plus grosse difficulté dans la pratique, c’est que vous n’êtes pas censé penser. Le but est de vous libérer de toute crainte ou d’anxiété sans vous perdre en elle. Ne forcez pas vos pensées. Au lieu de cela, répétez une simple phrase dans votre tête. En voici un exemple : « Je respire, je suis au courant de cette anxiété. Je respire, je sourire à cette anxiété. »