couple

Couples : phrases top ou flop, ne faites plus d’erreurs !

Les meilleures réponses aux questions pièges sur la vie, l’amour, le sexe… et le fait que cette robe la grossit ou non. Par Laura Roberson

 

19h30, vous êtes rentré du boulot, un oeil sur le Net, l’autre sur la télé, à votre bouche, une bouteille de bière méritée. Soudain, elle entre, suivie de près par LA question. « Alors, et ta journée, ça a été ? » C’est un test. Allez-vous démarrer la discussion ?

Ce n’est pas que les hommes ne veulent pas, ne savent pas, ou n’aiment pas discuter. En réalité, une méta-analyse de l’université de Californie a conclu que les hommes sont plus « bavards » que les femmes. Mais si les femmes utilisent de nombreux détours au cours d’une conversation, les hommes, eux, aiment monologuer, affirmer, et suggérer des choses à leur interlocuteur. Ce que justement les femmes détestent. Car là est tout le problème : si les femmes utilisent le langage pour créer du lien, les hommes s’en servent comme un outil de pouvoir. « Les hommes communiquent sur le mode littéral, explique Audrey Nelson, spécialiste de la communication intergenre. Et si cela peut être utile dans le monde de l’entreprise, c’est souvent catastrophique avec les femmes. »

Apprenez à éviter les « loupés verbaux », vous y gagnerez une relation beaucoup plus sereine et une vraie tranquillité d’esprit quand elle lancera la conversation, quel que soit le sujet.

 

Elle demande : « Tu as couché avec combien de femmes ? »

Bonne réponse : « J’ai connu un certain nombre de femmes, mais aucune ne m’a donné envie de m’engager. »

Mauvaise réponse : « 14, 15, environ. »

Ce qu’elle entend : « À la différence de ces autres femmes, tu me donnes envie de m’engager. » Et elle l’entend même si vous ne savez pas encore exactement ce que vous ressentez. Aucune femme n’a envie d’être une simple conquête. Elle a besoin de se sentir appréciée, en tant qu’amante et en tant que partenaire. Mettez également l’accent sur le fait que votre passé vous a fait évoluer : ce qui est fait n’est plus à faire.

 

Elle demande : « Elle me grossit cette robe ? » (En fait, oui.)

Bonne réponse : « Elle ne te met pas vraiment en valeur. Essaye plutôt la petite robe noire qui te rend si sexy. »

Mauvaise réponse : « Bah, pas tant que ça… »

C’est vraiment le genre de conversation qui vous gonfle, on le sait. Mais pour une femme, évoquer ses formes devant vous, c’est une façon de vous montrer qu’elle est attentive à son corps et de vous demander de poser un regard neuf sur elle. Précisément, elle veut que vous la regardiez à nouveau. Si vous trouvez qu’effectivement elle a un peu pris, tournez votre réponse de façon archi délicate (si, si c’est possible).

Montrez-lui un autre vêtement qui lui va bien, expliquez-lui en quoi il la sublime et ajoutez que pour cette robe – très mal coupée, même si c’est du Dior – oui, il faudrait peut-être qu’elle perde un peu là et là, mais rien de bien méchant.

 

Elle demande : « Tu la trouves sexy cette nana ? » (Elle l’est.)

Bonne réponse « Je la trouve assez jolie, oui, et toi, elle te plaît ? »

Mauvaise réponse « Elle a l’air assez cochonne, oui. »

Là encore, vous marchez sur des oeufs. Si elle pose la question, c’est qu’elle sait que la fille en question est sexy. Soyez honnête donc, mais tempérez vos ardeurs. Utilisez un champ lexical non sexuel : jolie, belle, séduisante. Les termes « bombe », « bonne » ou « chaudasse » sont évidemment à proscrire. Et puis, demandez-lui son avis comme si vous étiez en train de faire un casting (pas pour votre prochain plan à trois, non plus). Ce faisant, vous gagnez sur tous les tableaux : moments de complicité à deux et opportunité de vous rincer l’oeil en toute impunité.

 

Vous pensez qu’elle vous trompe

Bonne réponse « Je suis peut-être à côté de la plaque, mais j’ai l’impression qu’il y a un truc entre toi et lui. Tu peux me dire la vérité ? »

Mauvaise réponse « Tu te le tapes, pas vrai ? »

Lors d’une étude parue dans le College Student Journal, 63 % des hommes avouaient qu’ils tromperaient leur compagne s’ils étaient assurés qu’elle ne le saurait jamais. Seules 52 % des femmes avaient répondu la même chose. Mais l’évolution vous a rendu soupçonneux : la jalousie masculine a pour but d’éviter qu’un homme élève l’enfant d’un autre. « Le problème, c’est que les hommes deviennent assez vite injurieux quand ils soupçonnent leur partenaire, souligne Todd Shackelford, psychologue spécialiste de l’évolution à l’université de Floride. Une façon de la rabaisser et de dévaloriser son état de partenaire potentielle qui fait qu’elle n’ira pas voir ailleurs au risque de tout perdre. »

Seulement, en jouant les procureurs, vous la mettrez sur la défensive et il y a de fortes chances qu’elle vous mente. Pour connaître la vérité, faites d’abord tomber son armure. Parlez-lui de vos doutes et de cette « impression » qui ne vous lâche pas, elle vous sentira fragilisé et son armure se fendillera elle aussi pour laisser la place à la vérité.

 

Elle demande : « Entre nous-deux, c’est du sérieux ? »

Bonne réponse « Honnêtement, je n’ai pas envie de m’engager en ce moment. »

Mauvaise réponse « Je suis bien avec toi. »

Elle n’a qu’une envie : entendre que vous êtes en train de tomber amoureux. Si ce n’est pas le cas, elle vous tend une perche pour le lui faire savoir en douceur. Vous n’avez pas envie de lui faire de la peine, et vous aimez bien passer vos nuits avec elle, mais les faux espoirs que vous lui donnerez dans l’instant risquent de vous revenir en pleine figure quand vous voudrez rompre dans trois mois. Lui dire la vérité lui permet de prendre sa décision en connaissance de cause, et vous aide à apprécier sa maturité émotionnelle. Si elle se met à hurler, vous saurez que votre peur de l’engagement était justifiée.

DEVENEZ PLUS FORT

Newsletter de Men's Fitness

Pas de spam que du muscle

Vous pouvez vous desinscrire en un clic