©iStock

De combien de protéines ai-je besoin ?

Selon une étude, il ne s’agit pas seulement de la quantité d’aliments protéinés que vous mangez, mais aussi du moment où vous les mangez

Bien sûr, vous savez que les protéines sont essentielles pour vous muscler et pour rester mince et vous mettez un point d’honneur à en ingérer suffisamment tous les jours. Cependant, croyez-le ou non, de récentes études ont démontré que vous n’en ingérez probablement toujours pas assez. La dose quotidienne recommandée est de 0,8g pour chaque kilo de votre poids corporel. Pour un homme de 80kg qui pratique une activité sportive, cela équivaut à 64g de protéines par jour. Ingérez-en plutôt 1g pour chaque kilo de votre poids corporel (ce qui est plus en accord avec les recommandations pour les sportifs), ce qui équivaut à 80g de protéines par jour.

Selon l’étude, ce n’est toujours pas suffisant. Les données ont confirmé que les régimes alimentaires qui contiennent le plus de protéines vous aident à perdre du poids. Les sujets qui suivent un régime contenant environ 25% de protéines ont obtenu les meilleurs résultats. L’étude vous suggère d’ingérer 25-35g de protéines par repas (ce qui équivaut à 75-105g par jour) avant tout en-cas.

Ce n’est pas non plus uniquement la quantité de protéines que vous ingérez par jour qui compte, mais aussi le moment où vous les ingérez. Étaler votre apport de protéines tout au long de la journée permet à la synthèse musculaire de continuer au-delà de 24 heures. Votre corps n’arrête donc jamais d’entretenir vos muscles. Ça veut dire fini les bagels et le fromage à la crème au petit-déjeuner, peu importe la quantité de poulet que vous prévoyez de manger au dîner. (Selon un graphique contenu dans l’étude, le dîner est le moment où vous ingérez la plus grande quantité de protéines.)

Ne vous inquiétez pas. Ce n’est pas compliqué de mettre plus de protéines dans chaque repas. Si vous essayez vraiment de perdre du poids et de vous muscler, il vous faudra même plus de 105g de protéines par jour.

Méthodologie de l’étude : les données précédentes au sujet de l’apport de protéines sont basées sur la méthode de bilan azoté que de nombreux scientifiques considèrent comme une approche limitée basée sur des sur-estimations et sur des sous-estimations systématiques. Les recherches publiées dans NRC Research Press sont basées sur une méthode isotope stable qui offre des résultats plus précis.

Par Lydia Bailey / Traduit par Mélanie Geffroy