Capture d’écran 2015-01-27 à 19.05.04

À garder ou à jeter ? (2/2)

La date d’expiration sur vos boîtes de médicaments n’est pas là sans raison. Mais il n’est pas obligatoire de la respecter au jour près !

Voici donc la suite des médicaments que vous pouvez conserver, ou au contraire jeter rapidement. C’est parti !

Pâte dentifrice
À respecter
Vous avez oublié d’acheter du dentifrice et vous retrouvez par miracle un tube au fond de l’armoire à pharmacie, sans doute là depuis 2009. Jetez- le. Après deux ans, le fluor peut perdre sa force, et alors vos dents ne seront pas aussi bien protégées. Le dentifrice sera sans danger, mais vous n’aurez pas le soin attendu pour éviter les caries et la plaque dentaire. De plus, le parfum mentholé risque de se désintégrer, vous laissant avec une haleine bien moins fraîche que prévu.

Terbinafine
(antimycosique)
À prolonger
Ce vieux tube de crème, composée de substances inoffensives, a soulagé la dernière éruption cutanée et n’est pas, depuis, devenue dangereuse. Si elle peut être utilisée sans risque, elle perd tout de même de son efficacité après la date. Faites un petit test en mettant un peu de crème entre vos orteils. La texture a changé ? C’est plus liquide ? Ça dégage une odeur plus âcre ? C’est tout dur ? Si la réponse à l’une de ces questions est oui, achetez un autre tube. Vous ferez du bien à vos pieds (et à vos compères
de vestiaire !)

Naproxène
À prolonger
Cet anti- inflammatoire, contenu dans l’Aleve, soulage bien des maux. D’après les recherches scientifiques, cet effet antidouleur se prolonge 52 mois après la date d’expiration des comprimés. N’oublions pas que les comprimés testés étaient restés bien à l’abri dans leur emballage d’origine. Aussi, un flacon déjà ouvert ne sera sans doute pas bon aussi longtemps. Si vous remarquez que vos comprimés ont changé de teinte ou commencent à s’émietter, jetez-les.

Paracétamol
(ou acétaminophène)
À prolonger
On peut dépasser de quelques décennies la date d’expiration. Les recherches qui ont été faites sur des flacons de paracétamol expirés depuis 28 à 40 ans montraient qu’ils contenaient encore 99,7 % du dosage initial, moins si le flacon avait déjà été ouvert. Attention, cette étude s’est portée sur la teneur, pas sur l’efficacité ou la sécurité. Alors, si ce vieux cachet de Tylenol n’a pas l’air de faire effet, n’en prenez pas un second, car on ne sait pas quelle quantité de principe actif a été avalée (ni son effet). Achetez-en d’autres, c’est tout.

Acide salicylique
(antiverrue)
À prolonger
Même si la date d’expiration a eu le temps de s’effacer de la boîte, ce produit peut encore soigner une verrue. Certains acides ont beau rester enfermés des mois dans un placard, le pH ne bouge pas. Et si le pH n’a pas bougé, le produit est encore efficace. De plus, doté d’acides, il y a moins de chance de le voir se dégrader en cas d’exposition aux éléments tels que la lumière, l’eau, la chaleur. Le meilleur test pour savoir si le produit fonctionne encore? Appliquez-en une touche et voyez comment votre corps réagit.

Gouttes pour les yeux
À respecter
Jetez les vieilles gouttes pour ne pas risquer d’abîmer vos yeux. Le flacon peut rapidement être contaminé par des bactéries si, par exemple, vous touchez l’embout avec l’œil. Maintenues à température ambiante, les bactéries prolifèrent vite (c’est pour cela qu’il vaut mieux ranger ses gouttes au réfrigérateur : les germes prennent moins leurs aises dans le froid). Jetez systématiquement les gouttes à l’aspect trouble, et ce même si la date d’expiration n’est pas dépassée. Un liquide trouble est signe de contamination.

Loratadine
(antihistaminique)
À prolonger
Cet ingrédient clé des antiallergiques type Claritine survit à presque toutes les agressions. D’après une étude indienne, les chercheurs ont exposé des cachets de Loratadine à des tests violents : ils ont été exposés durant six heures à une température de 70 °C ; 24 heures aux rayons directs du soleil. Dans les deux cas, plus de 99 % des principes actifs ont survécu. Pas de quoi sortir son mouchoir! Il semblerait donc que les cachets restent encore bons après la date d’expiration. Et en état de décomposition, le produit ne se transformerait en rien de dangereux.

Alcool d’isopropyle
À ignorer
Vous pouvez sans crainte utiliser l’alcool périmé. La formule chimique de l’alcool d’isopropyle étant très simple, il ne peut pas lui arriver grand- chose. Et même si c’est un liquide – ce qui, typiquement, favorise
la multiplication des bactéries –, il est composé à 99 % d’alcool, un composant chimique connu pour son action antimicrobienne. Plus la concentration en alcool est forte, plus le produit a des chances de rester stable longtemps. Tant que le liquide est clair – surtout pas trouble ! –, vous pouvez l’utiliser.