©iStock

L’esprit de compétition qui vous pousse à la salle

Vous vous laissez aller au lieu de vous rendre à la salle et de soulever de la fonte ? Trouvez-vous un ennemi à affronter. Bon, pas exactement un ennemi, mais quelqu’un avec qui vous pourrez entrer dans une compétition acharnée

D’après des chercheurs de l’université de Pennsylvanie, il s’agit là de la meilleure motivation pour s’entraîner : ces derniers ont découvert que, plus que d’encouragements, c’est de compétition dont vous avez besoin pour être régulier dans vos entraînements. Leur étude, dans le cadre de laquelle 790 étudiants suivaient un programme de 11 semaines incluant musculation, course, spinning et yoga, a révélé que les participants qui visaient la première place du classement étaient caractérisés par un taux de fréquentation de la salle 90 % plus élevé que ceux qui étaient dans des groupes où la compétition n’était pas mise en avant. Alors si vous êtes un peu moins motivé à l’idée de transpirer ces jours-ci, lancez un défi à l’un – ou à tout un groupe – de vos partenaires de salle et voyez vos efforts commencer à payer.

S’entraîner pour rattraper vos excès (du moins, une semaine d’excès…)

D’après une petite étude de l’université du Michigan, les effets néfastes découlant d’un bref excès alimentaire peuvent être compensés par l’activité physique. Dans le cadre de cette petite étude, quatre sujets (on vous avait dit que c’était une petite étude) qui avaient consommé 30 % de plus de calories pendant une semaine – tout en continuant à effectuer 150 minutes de cardio et à s’entraîner pendant six jours – ne présentaient pas l’état d’inflammation/ insulino-résistance que le fait de se goinfrer engendre généralement.

Excellente nouvelle pour vos séances !

La stimulation transcrânienne à courant direct (tDCS) est un nouveau traitement de stimulation cérébrale qui semble augmenter la tolérance à l’exercice. Dans le cadre d’une étude menée par l’université du Kent au Royaume- Uni, neuf hommes âgés d’une vingtaine d’années effectuaient des extensions de jambes à 20 % de leur max ; mais lorsque les électrodes de tDCS envoyaient un léger courant (2 milliampères) dans leur tête, la sensation d’effort diminuait, leur permettant de s’entraîner 15 % plus longtemps. Mais avant de vous procurer un appareil de tDCS, consultez d’abord votre médecin.

Talon pointe ou pointe talon ? À vous de choisir

De nombreux coureurs pensent que se réceptionner sur la plante des pieds vaut mieux que de mettre le talon en premier, imaginant que la plante des pieds amortira mieux l’impact. Eh bien, pas tant que ça : une étude parue dans la revue Journal of Sports Sciences révèle que lorsque les coureurs modifient leur démarche, aucun changement n’apparaît en termes de quantité de force dans aucune des deux méthodes – le choc se répercute simplement dans le corps.