barbe
©Barb'Art

Ma Barbe, ma virilité

On le sait tous, les hommes ont besoin d‘affirmer leur virilité. Oui mais comment ? Pour le jeune créateur de la marque Barb’Art la réponse tient en un mot : Barbe.

Ce jeune homme de 25 ans, barbu et fier de l’être, fustige le constat actuel faisant de la barbe le nouvel accessoire de mode ou l’apanage des hipsters. Pour lui, la barbe est la preuve ultime de la masculinité des hommes. « Nous vivons dans une société qui rend les hommes schizophrènes, il faut être protecteur mais pas étouffant, papa poule mais pas maman, dur à cuire mais sensible, courageux mais raisonnable, aventurier mais recherchant la stabilité, original mais comme toute le monde, drôle mais sérieux, macho mais pas trop, bavard mais mystérieux, bref la liste est longue, trop longue. On passe donc notre temps à chercher notre identité d’homme, toujours à chercher l’équilibre entre les mille et une injonctions contradictoires qui nous sont faites. Au final je suis convaincu que perdus dans tout ça, certains ont besoin d’utiliser la violence, l’agressivité, l’orgueil mal placé pour se sentir virils. Moi je suis à la recherche d’une masculinité apaisée et apaisante ».

C’est cette réflexion qui l’a conduit à se laisser pousser la barbe : « C’est sans doute lié à ma génération très attirée par le retour aux sources, au naturel, ce qui est sain pour notre corps, et la première des aberration antinaturelle que nous nous imposons depuis des siècles, c’est le rasage»

Le rasage est une activité qui occupe sérieusement les hommes et ce depuis la moitié du XXème siècle, lorsque les valeurs hygiénistes voyaient dans la barbe un nid à maladie, en même temps que les classes bourgeoises l’associaient au masses pauvres et non éduquées.

En moyenne chaque homme passe en effet 4500 heures dans sa vie à se raser (187 jours !) et y consacre un budget moyen de 400€ par an. L’impact écologique est quant à lui non négligeable : la grande majorité des rasoirs ne sont pas recyclables, et lorsque l’on sait que par exemple Bic vend 11 millions de rasoirs chaque jours (oui chaque jours) dans le monde, on imagine la quantité de déchets plastiques générée par le rasage (sans parler des bombes de mousses à raser).

 

©Barb'Art
©Barb’Art

Cependant, loin de l’image du barbu hirsute et sale, la barbe aujourd’hui se porte taillée, nourrie et entretenue : « La barbe est comme un rosier ou un bel arbre qui pousse sur votre visage, elle s’entretient. Il faut nourrir et hydrater les poils pour que la pousse soit de qualité et le poil doux et vigoureux ».

Et parce que la barbe est un attribut naturel, elle se doit d’être entretenue naturellement. Malgré la prolifération actuelle de produits pour barbe, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous : trop parfumés, trop gras, trop chers, ou à la composition douteuse. Sur le marché français, les produits (huiles et baumes) pour la barbe sont pour souvent des concentrés de produits chimiques bon marché importés, à l’exception de rares produits sains, mais très coûteux.

 

Barb’Art s’est donc lancé le défi de prendre soin des barbes naturellement, avec des produits français et à des prix accessibles. « La barbe c’est un retour à une authenticité, et cela passe par l’utilisation des rituels de soins ancestraux, des produits sains et une fabrication locale, sinon cela n’a pas de sens. La corne véritable c’est de la kératine naturelle, la même que celle des poils de nos barbes, c’est terriblement efficace pour protéger et faire briller les poils de la barbe. Et pour être toujours cohérent j’ai démarché un artisan traditionnel de peigne en corne véritable dans un petit village ariègeois, il est en train de sauver ce métier de nos campagnes qui était sur le point de disparaître…».

C’est dans un village du sud-ouest de la France, en partenariat avec un laboratoire agrée Ecocert, que Barb’Art est né sous la forme d’huiles et de baumes composés d’huiles végétales naturellement nourrissantes, protectrices et surtout BIO : huile d’argan, de pépins de figue de barbarie, de nigelle, d’olive, de noyau d’abricot, beurre de karité, huiles de sésame, de noix de coco, d’avocat, de jojoba, etc..

Depuis sa création en Juin 2015 la marque compte déjà plus de 1000 clients en quelques mois seulement. En parallèle pour défendre l’image des barbus au-delà des clichés et des effets de mode, une communauté de fans autour de la barbe a été créée sur Facebook : Les Beaux Barbus. Sur cette page qui regroupe aujourd’hui 7500 fans de tous pays, la barbe y est aimée, décryptée, partagée et admirée.

Leur crédo ? « Ne rasez pas la crinière qui fait de vous un lion ».

Retrouvez plus d’infos sur nos produits et notre boutique sur www.barb-art.fr.