©iStock

Un mois pour perdre 4 kilos

Perdre du poids sans faire de sa vie un enfer ou la chambouler du tout au tout est possible. Voici quelques astuces nutritionnelles à mettre en œuvre pour espérer perdre jusqu’à quatre kilos en quatre semaines à peine !

SEMAINE 1

Commencez la journée du bon pied, en ajoutant une pincée de cannelle à votre café. La consommation de caféine, régulière et modérée, a un effet bénéfique sur votre métabolisme de base. Associée à la cannelle, elle aidera à prévenir la survenue d’anomalies telles que l’hyperglycémie ou l’hypercholestérolémie.

Remplacez les sodas par de l’eau gazeuse dans laquelle vous immergerez une rondelle de citron vert. Vous ne mâchez pas quand vous buvez du soda, une boisson qui par ailleurs ne contient pas de fibres ; du coup, votre organisme n’est pas en mesure de tenir le compte des calories que vous avalez. Résultat : sans vous en rendre compte, vous avalez plus qu’il ne faut. Remplacer les sodas par de l’eau pourrait aider à perdre jusqu’à 5 % de son poids corporel en six mois, selon une étude menée aux États-Unis sur un groupe de 318 adultes en surpoids.

Surveillez vos apports en glutamine L. Cet acide aminé joue un rôle capital dans la synthèse des protéines et par conséquent dans la reconstruction musculaire. Elle contribue également à la protection immunitaire et à l’intégrité de la paroi intestinale. La viande, le poisson et les épinards, notamment, sont de bonnes sources de glutamine, laquelle est également disponible en supplément alimentaire. Consultez votre médecin avant tout achat.

SEMAINE 2

Remplacez les céréales par des fruits riches en fibres. Une équipe de chercheurs finlandais a constaté que la capacité de l’organisme à utiliser les glucides double après la pratique d’une activité physique. Mais, s’il n’est pas consommé, l’excès de sucre se transforme en réserve de graisses. Le bol de céréales au saut du lit, à oublier donc.

Respectez la règle des 30/50/20, pour la composition de vos assiettes. À savoir 30 % de protéines, 50% de légumes et 20% de glucides à faible indice glycémique. Pour plus de fibres, plus de nutriments et moins de calories. Les protéines, elles, assureront un effet de satiété plus durable.

Sortez et promenez- vous à l’heure du déjeuner, car manger derrière votre ordinateur nuit à votre santé. Plusieurs enquêtes ont montré que la vie active et les déjeuners pris sur le pouce, notamment, faisaient grossir. Il fait encore frisquet dehors ? Tant mieux, cela activera votre thermogenèse (production de chaleur par l’organisme) qui crée la dépense énergétique.

SEMAINE 3

Buvez du thé vert, un de ses composants, l’épigallocatéchine-3-gallate, contribuerait à réduire les pics de glycémie, selon une étude scientifique parue dans la revue Molecular Nutrition and Food Research. N’y ajoutez aucun nuage de lait, car cela compromettrait l’absorption des catéchines par votre organisme et dégraderait donc les effets cardioprotecteurs de votre breuvage. Préférez-lui le lait de soja, à la rigueur.
Mangez une pomme par jour, une heure avant de déjeuner. Riche en fibres et en eau, la pomme est l’aliment coupe-faim qu’il vous faut pour vous remplir le ventre avant un repas et, ainsi, moins manger une fois à table. Le fruit est également riche en flavonoïdes qui, selon une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, contribueraient à augmenter la dépense énergétique et l’absorption du glucose par les muscles.

SEMAINE 4

Augmentez de 30 % votre consommation quotidienne de protéines. Une étude néerlandaise, menée à l’université de Maastricht, a montré qu’une alimentation riche en protéines permettait de mieux stabiliser son poids en stimulant la dépense énergétique.