Vous voulez devenir un homme un vrai ? Voici le quatrième épisode de notre saga des 25 règles.

Règle n°16 : Faites comme Homer (Simpson, pas le poète Grec).

Sa seule vertu digne d’être copiée est sa capacité à voir le donut et non le trou au milieu du donut. N’importe quel imbécile peut voir les défauts dans… eh bien, dans à peu près n’importe quoi. Mais un homme à l’esprit élevé saura trouver les énergies, les symétries, les choses exaltantes… Voir la beauté dans chaque chose est une forme d’intelligence.

Règle n°17 : Si vous n’appréciez pas les contradictions, vous allez rater tous le côté marrant de la chose.

Tout n’a pas toujours un sens, il faut vous y faire. Si vous tentez de comprendre les êtres humains, si vous vous attendez à ce qu’ils agissent toujours rationnellement, alors vous risquez d’avancer dans la vie en étant perpétuellement irrité et fâché. Mais si, au lieu de ça, vous apprenez à savourer leur étrange et confondante humanité, alors vous pourriez bien apprécier le spectacle que nous représentons.

Règle n°18 : Soyez un roc.

Oui c’est l’exact opposé du conseil précédent. Mais, parfois, et surtout s’il veut réussir, un homme doit se montrer inflexible.

Règle n°19 : Méfiez-vous de la dureté.

Les hommes, les vrais, sont durs et forts comme de l’acier. Voilà une conception surannée qui nous a déjà fait beaucoup de mal. Le pire, c’est quand le mépris de toute faiblesse se traduit par de l’insensibilité. Si vous réalisez que vous vous montrez insensible aux malheurs des autres, combattez ce manque de sentiment et astreignez-vous à plus de compassion. « Soyez gentil », conseillait un écrivain – dont vous n’avez jamais entendu parler, car c’était avant l’ère du tout numérique – appelé Ian Maclaren, « car tous ceux que vous rencontrez participent à une bataille épique ». Les hommes, les vrais de vrai, sont sensibles, même s’ils ne le disent pas comme ça.

Règle n°20 : « Prends ton arme et tiens ta position« .

Le message du colonel Jessep (Jack Nicholson dans Des hommes d’honneur) est suffisamment important
pour passer outre sa grossièreté. Un homme ne reste pas sur le banc de touche, il est sur le terrain. Et une arme n’est pas forcément mortelle. Une truelle peut être une arme. Tout comme un violon, un râteau, un fouet, et même une certaine manière de dire les choses ou un silence affirmé.

Retrouvez nos derniers articles psycho :

Rejoignez-nous sur notre page Facebook : Men’s Health France, et suivez-nous sur notre Twitter @MensHealthFR