Le repas de Noël est quelque chose de merveilleux, que l’on attend chaque année. Mais se remplir le bide ne veut pas dire tomber malade. Evitez les pièges !

Piège n°1 : la crise de foie.

Avant : l’année dernière, la soirée a commencé par une boîte de chocolats fourrés à la fraise et s’est terminée la tête dans la cuvette des toilettes.

En 2014 : vous savez déjà que la crise de foie n’a rien à voir avec le foie. « C’est la vidange gastrique qui a souffert, explique le Dr Arnaud Cocaul, nutritionniste. Le travail d’épuration demandé à l’organisme dépasse ses capacités ! » Le repas de Noël est tellement gargantuesque qu’au fond vous ne profitez vraiment que des petits fours. Vous êtes déjà gavé quand arrive l’entrée. La solution : savourez. « Il faut encourager la qualité au détriment de la quantité, incite le nutritionniste. Préférez de très bons produits, en petites quantités, aux produits industriels surchargés en graisses et en sucres. » Mangez lentement vous permet de mieux profiter des saveurs, de mieux digérer et de manger moins. Contrairement à une idée reçue, fumer n’accélère pas la digestion.

Piège n°2 : la gueule de bois.

Avant : il y avait le mauvais champagne du beau- frère, le blanc sucré pour accompagner le foie gras, le rouge, qui aplanit les tensions autour de la dinde, le cognac de papi, et un trou de mémoire de deux heures à la fin de la soirée.

En 2014 : buvez de l’huile. Parfaitement. « Avalez une cuillérée d’huile avant de partir, conseille le Dr Cocaul. Cela ralentit l’absorption de l’alcool et permet de mieux le digérer. » Freinez aussi votre débit en buvant un verre d’eau pour un verre de vin. Cela permet également de limiter la déshydratation, une des causes de la gueule de bois. Enfin, faites le moins de mélanges possible. Fuyez les alcools de mauvaise qualité et les cocktails tout faits, gavés de sucres, de colorants et de conservateurs. Ils aggravent les symptômes de la gueule de bois.

Piège n°3 : l’intoxication

Avant : les aventures gastronomiques ne vous effrayaient pas : « Tiens, une huître sauvage, mais quelle bonne idée ! », « Super, des champignons que tu as ramassés toi-même au bord de la route ! »

En 2014 : Vous n’avez qu’une semaine de congés à Noël : vous ne les passerez pas au lit. Tout ce qui ne sent pas bon ou qui a une drôle de couleur est à bannir, surtout s’il s’agit d’un fruit de mer. « N’utilisez pas pour manger les ustensiles qui ont servi à cuisiner », rappelle le nutritionniste. Beaucoup de viandes et de poissons crus sont contaminés par des bactéries, notamment l’Escherichia coli. La cuisson à cœur les élimine, mais elles persistent sur les couteaux et les plats. Jetez la mayonnaise maison après le repas et ne touchez pas à la bûche congelée, décongelée et recongelée !

Retrouvez nos derniers articles nutrition :

Rejoignez-nous sur notre page Facebook : Men’s Health France, et suivez-nous sur notre Twitter @MensHealthFR