Dépression saisonnière
© iStock

Lorsque les températures baissent et que les jours raccourcissent, il est courant de se sentir un peu déprimé. Partir au travail avant que le soleil ne se lève et rentrer chez soi alors qu’il fait nuit, quoi de plus déprimant… L’hiver arrive, et avec lui, la dépression saisonnière. Voici cinq façons de vous y préparer et de la combattre.

5 astuces pour combattre la dépression saisonnière en hiver

Le trouble affectif saisonnier (ou TAS) est un sous-type de dépression qui touche environ 5% de la population européenne chaque année. Le TAS peut cependant toucher tout le monde. Pour vous aider à en reconnaître les symptômes et à passer un hiver plus heureux, voici les conseils de Nada Milosavljevic, membre de Harvard, pour lutter contre le TAS.

1. Restez actif

« Bouger son corps peut augmenter la libération d’endorphines « du bonheur » et d’autres hormones qui peuvent vous aider à améliorer votre humeur », déclare Milosavljevic. Plutôt que d’hiberner tout l’hiver, assurez-vous donc de faire plein d’exercices.

2. Essayez la thérapie par la lumière

Si vous le pouvez, prenez la lumière du jour. Si ce n’est pas possible, essayez une lampe lumineuse qui augmentera votre exposition à la lumière lors des mois les plus sombres. Optez pour une lampe qui filtre les rayons UV et utilisez-la pendant 20 à 60 minutes chaque jour à 10 000 lux.

3. Parlez-en

Plus spécifiquement, suivez une psychothérapie cognitivo-comportementale. « Cela peut vous apporter des outils spécifiques qui peuvent contrer les déclencheurs et les symptômes du TAS », déclare Milosavljevic. En parlant et en étant pleinement conscient de la situation, vous pouvez reconnaître et atténuer l’impact des troubles affectifs saisonniers.

4. Ingérez une grande quantité de vitamine D

Un manque de cette vitamine importante peut mener à de la fatigue et à de la dépression. Si on considère l’habitude qu’a l’hiver de cacher le soleil (votre meilleure source naturelle de vitamine D), vous pouvez être encore plus exposé aux risques que d’habitude. Essayez les suppléments de vitamine D sous forme de pilules et les aliments comme le saumon, les oeufs et le lait. Encore mieux, faites vérifier votre taux de vitamine D pour vous assurer que vous ne présentez pas de déficience sous-jacente.

5. Demandez de l’aide

« Il est important d’être conscient de vos symptômes et de connaître vos limites, affirme Milosavljevic. Lorsque votre capacité à pratiquer des activités quotidiennes diminue ou que vous vous sentez désespéré ou triste, il est essentiel de réclamer une attention médicale.

 

Traduit par Mélanie Geffroy