UV, phototype, capital solaire… le corps a ses règles que le soleil ignore. Pour bien bronzer, sortez protégé. De la crème aux lunettes, voici les clés pour comprendre ce qui vous protège… et qui fonctionne!

Par Céline Bernard et Nadège Laurens

Fini le temps des seventies où l’on grillait allègrement nu sur les plages en cramant des clopes à longueur de journée! Aujourd’hui, les méfaits du soleil (et du tabac) sont connus. Certes, le soleil est un allié santé – il active notamment la vitamine D – mais il est aussi très dangereux. Et pendant l’été, période de nudité et de forte activité solaire, il faut redoubler de précautions.

Pourquoi le soleil fait si mal?

La lumière du soleil est composée de différents rayons. Les plus sournois sont les rayons UV. Les rayons ultraviolets sont la pire chose qui soit car ils ciblent directement l’ADN, et même si 5 % d’entre eux arrivent à la surface de la Terre, ils pénètrent la peau et sont responsables à plus de 70 % de son altération. Les principaux risques liés au soleil sont majoritairement le vieillissement cutané et l’apparition de cancers de la peau – mélanome ou carcinome. Les dégâts liés aux surexpositions sont irrécupérables, les altérations des cellules sont progressives. Au stade de mélanome, les mélanocytes anormaux migrent et le mélanome peut métastaser. La chirurgie est indispensable. Le photovieillissement se traduit par une modification de la cou- leur et de la texture de la peau, l’apparition de tâches pigmentées et de lésions précancéreuses. Toutes ces modifications peuvent être prises en charge par le dermatologue dont les traitements sont efficaces pour réparer certains dégâts. L’adage « Mieux vaut prévenir que guérir » prend dès lors tout son sens, d’autant que les risques sont largement évoqués à chaque début de saison et la prévention ample- ment rabâchée. Malgré ce, on dénombre encore chaque année 7 000 nouveaux cas, il est vraiment temps de stopper la « grillade party » !

Tous égaux devant le soleil ?

Pourquoi certains ne prennent jamais de coups de soleil alors que d’autres rougissent comme des écrevisses à la moindre exposition ? Pourquoi certaines personnes sont atteintes d’un cancer de la peau, alors qu’elles ont toujours fait attention, et d’autres non, alors qu’elles ne juraient que par la peau bronzée ? Eh bien parce que nous sommes inégaux devant le soleil. Les risques encourus dépendent du phototype et du capital soleil de chacun.

Le capital soleil

Chacun d’entre nous dispose d’un capital soleil assimilable à un réservoir dans lequel on puise à chaque nouvelle exposition solaire. Il s’agit en gros de l’ensemble des défenses naturelles qui protègent la peau et la réparent lorsqu’elle est endommagée. Ce capital n’est pas illimité. Quand on atteint la fin du réservoir, la peau ne peut plus se protéger contre les agressions du soleil ; les cellules endommagées ne sont plus réparées. En dépassant cette limite, on risque de développer des cancers de la peau et de subir un vieillissement cutané précoce et accéléré de l’épiderme. Tout le monde naît avec un capital soleil, inégal selon les individus. Celui d’un Méditerranéen à la peau mate est évidemment supérieur à celui d’une écossaise au teint laiteux. Pour économiser son capital, il est nécessaire de se protéger du soleil.

La photoprotection

Le phototype d’un individu correspond à la réaction de la peau lors d’une exposition solaire. Les peaux claires ont besoin d’une protection plus élevée contre les UV que les peaux mates, car elles ont moins de mélanine – c’est elle qui filtre naturellement les UV – et sont donc plus sensibles au soleil. Elles ont plus de risques de développer un cancer. Connaître son phototype permet de choisir une crème solaire adaptée qui servira à compléter la photoprotection naturelle de la peau. Il existe six phototypes.

[highlight]Phototype I[/highlight]
Réaction au soleil : ne bronze pas, attrape systématiquement des coups de soleil.
Type : peau très claire, tâches de rousseur, cheveux blonds ou roux.
Temps d’autoprotection de la peau : 5 à 10 minutes.

[highlight]Phototype II[/highlight]
Réaction au soleil : bronze difficilement, attrape souvent des coups de soleil.
Type : peau très claire, cheveux blonds ou châtains, des taches de rousseur apparaissent au soleil, yeux clairs.
Temps d’autoprotection de la peau : 10 à 20 minutes.

[highlight]Phototype III[/highlight]
Réaction au soleil : a parfois des coups de soleil, bronze progressivement.
Type : peau claire, cheveux blonds ou châtains.
Temps d’autoprotection de la peau : 20 à 30 minutes.

[highlight]Phototype IV[/highlight]
Réaction au soleil : attrape peu de coups de soleil, bronze bien.
Type : peau mate, cheveux châtains ou bruns, yeux foncés.
Temps d’autoprotection de la peau : 30 à 45 minutes.

[highlight]Phototype V[/highlight]
Réaction au soleil : a rarement des coups de soleil, bronze facilement.
Type : peau foncée, yeux foncés.
Temps d’autoprotection de la peau : 45 à 60 minutes.

[highlight]Phototype VI[/highlight]
Réaction au soleil : peau foncée, n’a jamais de coups de soleil.
Type : peau noire.
Temps d’autoprotection de la peau : 60 à 90 minutes.

Se protéger

Pour bien choisir son indice de protection, il faut évidemment tenir compte de son phototype : blond à peau très claire… on passe directement à la case indice élevé, mais on s’assure que l’on a investi dans des produits solaires formulés pour vous protéger des rayons UVB (responsables des coups de soleil) et des UVA (responsables du vieillissement de la peau). Faire systématiquement le distinguo entre les différentes parties du corps, notamment pour le visage qui exige un écran solaire spécifique. Que l’on fasse la part belle au transat ou que l’on soit adepte des activités de plein air, il est capital de penser à appliquer une protection solaire sur l’ensemble du corps, sans omettre le dos, les oreilles et les pieds. Hélios se faufile de partout… Sous un ciel couvert, brume et brouillard, il dispense les rayons UVA responsables du vieillisse- ment cutané. Sous l’eau… Elle laisse en effet passer jusqu’à 40 % des rayonnements UV et ce jusqu’à 5 mètres de profondeur… Et sachez que la surface de l’eau réfléchit jusqu’à 25 % des rayons UV. Lors d’activités aquatiques, votre corps est donc soumis à 25 % de rayons UV supplémentaires. C’est pourquoi il est essentiel d’utiliser une protection solaire waterproof. Enfin, évitez de vous exposer entre 11 et 15 heures, c’est carrément l’enfer de Dante ! L’exposition prolongée au soleil peut nuire gravement à la santé. Buvez beaucoup d’eau. La peau exposée au soleil nécessite une protection particulière, non seulement contre les rayons UV, mais également contre le dessèchement, car une peau sèche est plus vulnérable au soleil. Ensuite, il faut tenir compte de sa destination : plus on approche de l’équateur, plus les rayons UV gagnent en intensité ! Protections maximales pour les tropiques, la mer et la montagne – l’intensité des rayons du soleil augmente de 13 % tous les 1 000 m d’altitude – et indices moyens pour les fins de séjours ou la campagne. L’usage des huiles, réservé au lustrage du corps, n’a aucun bénéfice protecteur.

Demain, nous vous donnerons tout un tas de conseils pour faire face… au soleil.

———————

Parce que le soleil n’est pas que votre ami :
Soyez plus malin que lui
Évitez les dangers des vacances
Pensez à bien dormir