Vous comptez sur le ski alpin, le snow, le ski de fond et les raquettes pour garder la forme toute la journée. Mais il va être difficile de résister à toutes les tentations. fromage, charcuterie, tartes et petits verres de vin chaud… Quelques astuces pour être bien dans votre assiette lors d’un séjour aux sports d’hiver !

Avant de partir

Définissez votre plan alimentaire. Combien de fois prévoyez-vous d’aller dîner dehors ? Dans quel(s) restaurant(s) ? Essayez de choisir celui ou ceux qui vous offriront le plus grand choix d’aliments sains.
Préparez une liste d’aliments frais à acheter avant le départ pour les repas « au chalet ». Vous ne trouverez sûrement pas de quinoa à la supérette du coin, et il est peu probable que les cuisiniers des auberges vous proposent des flocons d’avoine au petit déjeuner. Profitez du large choix de légumes et fruits qu’offre la saison hivernale et n’hésitez pas à associer les aliments crus – pour bénéficier de leurs enzymes vivants et de leurs antioxydants – aux aliments cuits. Féculents et glucides complexes (pain, pâtes, pommes de terre et légumineuses) sont les bienvenus, sous forme non raffinée de préférence. Optez pour de la dinde et du poulet si vous ne pouvez pas vous passer de viande. Des œufs et du poisson ? Parfait pour l’entretien des muscles. Mais évitez les charcuteries, fromages cuits et desserts sucrés, qui ne vous apporteront aucun bénéfice alimentaire.

Le petit déjeuner

Surtout, ne le zappez pas si vous ne voulez pas vous étaler dès la première descente. Il ne s’agit pas de vous forcer si vous n’avez pas faim au saut du lit, mais de vous faire tenir toute la matinée jusqu’au déjeuner, et sans grignoter. Pour cela, mangez le moins tard possible la veille, afin de digérer tranquillement et de bien dormir par la même occasion.
Commencez par un verre d’eau chaude citronnée pour nettoyer votre système et l’aider à accueillir votre premier repas de la journée. Continuez vingt minutes plus tard avec une coupe de fruits frais ou un smoothie de fruits et légumes. Attendez vingt minutes (habillez-vous en attendant) avant de consommer quelques fruits crus. Enfin, croquez dans un aliment nutritif qui vous calera. Du quinoa, qui contient une protéine sans gluten riche en vitamines, excellente pour les muscles, ou des flocons d’avoine, qui comportent un glucide riche en fibres solubles. Associez-les à du lait de vache ou du « lait » d’avoine, de soja, de quinoa ou de coco, si vous êtes végétalien.

Les collations

Pensez-y, car vous aurez sûrement un creux avant l’heure du dîner. Emportez avec vous des fruits, frais ou secs (toujours les manger le ventre vide pour une meilleure digestion), et du chocolat noir à haute teneur en cacao (70 % minimum). Autre option : une poignée de noix et/ou de graines variées, de préférence sans sel et sans sucre ajouté. Amandes, noisettes, pistache, noix de cajou, de pécan, de macadamia, du Brésil… tout est permis, sauf les cacahuètes, trop riches en gras saturés. Elles vous procureront à la fois une sensation de satiété et des minéraux, du magnésium, du zinc et de la vitamine E.

Le déjeuner

Faites le plein de protéines pour nourrir vos muscles et préserver leur masse après l’effort. Si vous prévoyez de retourner sur les pistes et voulez éviter les coups de barre ou les maux d’estomac, préférez un repas digeste et pauvre en gras. Attendez une heure minimum avant de reprendre votre activité.
Suggestion : une grande salade de légumes crus, œufs ou blanc de poulet, avocat et noix, ou, pour les végétaliens, une assiette de légumineuses, féculents et glucides (haricots, lentilles, pois chiches, riz brun, pâtes complètes, pommes de terre ou patates douces associés à des légumes sautés ou vapeur).

Le dîner

À l’issue d’une bonne journée de glisse, vos muscles ont besoin de reconstituer leurs tissus, et votre corps doit se reposer. Optez de nouveau pour des protéines (animales ou végétales selon votre goût), du sucre et de l’eau.

Les aliments à consommer de préférence pour garder la forme par temps froid : 

  • LES SUCRES LENTS : pain, céréales, féculents… C’est ce qui procure la bonne énergie à notre corps, le carburant qui fait tourner la machine. Donc, du pain et des céréales, surtout pour le petit déjeuner, qui doit être copieux, et des féculents (riz, pâtes, pommes de terre…), surtout le midi. Pour le dîner, on peut diminuer la consommation de féculents, sauf si l’on prévoit une sortie en boîte et que l’on va danser toute la nuit !
  • LES PROTÉINES : Animales : viande, œuf, poisson, jambon, poulet, lait et produits laitiers… La protéine, c’est le muscle. Elle apporte des acides aminés essentiels et « satiétogènes ». On en mange matin (surtout pour le lait et les laitages), midi et soir. Végétales : avoine, blé, seigle, lentilles, soja… une alternative végétalienne et végétarienne à la viande.
  • LES FRUITS : pour les vitamines et les antioxydants. Ce sont des sucres rapides très vite utilisables par le corps, car disponibles tout de suite dans le sang. On en mange matin, midi et soir, en collation à 11 heures et au goûter. Et sous toutes les formes : jus de fruits frais, compote, fruit nature.

Comment concilier fondue, tartiflette et respect de votre diète? Les raclettes et autres fondues sont caloriques, mais… elles font partie du décor. À consommer une fois, voire deux, par semaine, mais pas plus. Mangez lentement et buvez beaucoup d’eau.
Faut-il augmenter la fréquence des repas lorsqu’on est en activité quasi constante? Sur une piste de ski, on se dépense beaucoup plus que dans le métro, quel que soit son niveau. Sauf à passer son temps sur une terrasse à prendre le soleil, mieux vaut manger plus souvent et ne sauter le petit déjeuner sous aucun prétexte.