Bigger film
© Bigger

Nous vous l’avons annoncé récemment, le premier film hollywoodien consacré au Bodybuilding débarque au cinéma cet automne. Voici tout ce que vous devez savoir sur le film Bigger.

Bigger : tout savoir sur le film

Si Joe Weider n’avait pas existé, vous ne seriez sûrement pas en train de lire cet article sur Muscle & Fitness. Considéré comme le Père du Bodybuilding, il a fondé le magazine en 1980, lui-même issu d’articles préalablement tirés de Your Physique, les premiers prospectus agrafés de Weider parus vers 1940. Sans Weider et son esprit visionnaire :

  • La IFBB, NPC et Mr. Olympia n’existeraient pas
  • Arnold Schwarzenegger serait sans doute un cadre intermédiaire charismatique quelque part vers Graz en Autriche
  • Les salles de sport et les magasins de compléments alimentaires seraient sûrement beaucoup moins répandus
  • Il y aurait certainement beaucoup moins de monde dans ces salles

Joe Weider, décédé en 2013 à l’âge de 93 ans, avait compris dès son adolescence passée dans un ghetto juif de Montréal, que la musculation était un moyen de s’affirmer et de se développer à la fois physiquement et mentalement. Le fait qu’il ait émergé de cette jeunesse misérable pour devenir l’un des entrepreneurs les plus prospères du secteur du fitness contribue à la légende qui l’entoure.

Bigger : la genèse

Bigger, c’est le défi qu’a relevé Steve Jones avec enthousiasme. Le producteur hollywoodien a déjà fait preuve de génie en amenant à la vie une personnalité complexe dans You Don’t Know Jack, encensé par la critique. Le film montre Al Pacino sous les traits de Jack Kevorkian, l’ange autoproclamé qui euthanasie, à leur demande, les patients en phase terminale et qui navigue à travers le terrain miné des choix de fin de vie.

Jones savait déjà beaucoup de choses sur Weider. Dans sa jeunesse, le producteur s’est entraîné au Gold’s Gym de Venice. Il y poussait de la fonte sous les portraits de Schwarzenegger, Dave Draper, Lou Ferrigno, Franco Columbu et Joe et Ben Weider. Lorsque Joe est décédé, Jones s’est intéressé à l’homme qui a donné naissance à un style de vie et à un système de croyance particulier. L’instinct de Jones lui a dit qu’il y avait une très bonne histoire derrière tout ça et qu’elle devait être racontée. C’est ce même instinct qui l’a poussé à créer You Don’t Know Jack.

« Je suis très intéressé par les histoires sur les personnes qui vivent de façon intense, qui sont plus motivées que la normale et qui atteignent leurs objectifs », déclare Jones.

Il est entré en contact avec Dan Solomon, entrepreneur et directeur de Digital Muscle, qui l’a mis en relation avec Eric Weider, le neveu de Joe et fils de Ben.

Eric lui-même a joué un rôle dans le développement de l’empire de Weider durant les 20 dernières années de la vie de Joe et c’est un gardien prudent de l’héritage des frères Weider. Il a rencontré Jones et les deux hommes se sont tout de suite bien entendus. Eric s’est dit qu’il avait trouvé la personne parfaite pour raconter l’histoire de Weider. Il a rejoint le projet en tant que producteur exécutif et a fourni des informations cruciales pour le film.

Les recherches de Jones ont commencé par l’autobiographie des frères Weider, Brothers of Iron: Building the Weider Empire. Plus il apprenait de choses sur eux et plus il les admirait.

« C’est difficile de raconter l’histoire d’une personne en deux heures, en particulier celle des Weider. C’est une histoire extraordinaire ».

Lors de la période d’élaboration du film qui a duré plus de trois ans, Jones a mis en place une équipe de talents hollywoodiens : il a recruté George Gallo (Midnight Run) pour l’écriture du scénario et pour la réalisation ainsi qu’Ellen Furman, Brad Furman (La Défense Lincoln) et Andy Weiss (Undercover – Une histoire vraie) pour l’aider à façonner le script. Jones savait qu’il devait se plonger dans un monde plutôt incompris. Il ne devait pas raconter seulement l’histoire d’un homme, mais bien celle d’une sous-culture.

« Il n’y avait jamais eu de film hollywoodien populaire sur le monde du fitness et du bodybuilding, explique Jones. Pumping Iron est un classique, mais c’est un documentaire. Bigger offre un aperçu du sacrifice de Joe et Ben pour créer un monde dans lequel le Bodybuilding était accepté. Aujourd’hui, les jeunes bodybuilders ne savent pas ce que les Weider ont traversé en terme d’adversité et de lutte contre les normes sociétaires à l’époque où les médecins déclaraient que les entraînements étaient mauvais pour la santé. Ils ont lutté contre le système ».

Bigger film
© Bigger

Capturer l’intensité de la quête

C’est une chose de raconter la vie de quelqu’un en dépeignant les événements majeurs de celle-ci, mais capturer l’intensité de Joe Weider, sa mission infatigable pour développer le bodybuilding auprès des masses, est bien plus compliqué. Traduire l’objectif de Weider à l’écran signifiait qu’il fallait trouver un acteur principal qui cristalliserait sa motivation. Il fallait également qu’il donne l’impression de s’y connaître sur le plan sportif.

« L’une des choses qui m’a un peu compliqué la tâche, c’est que Joe était lui-même un bodybuilder. Le physique de l’acteur est donc devenu important », déclare Jones.

En travaillant étroitement avec Gallo, Jones a porté son choix sur Tyler Hoechlin du reboot de Teen Wolf qui a également interprété un joueur de baseball dans Everybody Wants Some !! sorti en 2016.

« Tyler est un athlète. Il est presque devenu joueur de baseball professionnel, a déclaré Jones. Il a suivi un programme pour prendre un peu de poids et ressembler à un bodybuilder de l’époque de Joe ».

Caster le rôle de Betty Weider a été tout aussi difficile. Top modèle des années 50, Betty Brosmer (son nom de l’époque) était célèbre pour sa beauté et pour ses courbes. Jones et son équipe ont trouvé en Julianne Hough l’actrice idéale pour interpréter ce rôle.

« Julianne est parfaite, déclare Jones. Elle est élégante, très belle et très gentille ».

Le casting comprend également Tom Arnold, Steve Guttenberg, Victoria Justice, Colton Haynes (Jack Lalanne), Aneurin Barnard (Ben Weider) et Robert Forster qui interprète une version plus ancienne de Joe tout au long du film.

Recréer l’âge d’or du bodybuilding

Jones a également eu pour mission de recruter un acteur pour interpréter Arnold Schwarzenegger, le jeune bodybuilder autrichien que Weider a pris sous son aile en 1968. C’est devenu l’un des athlètes, stars de cinéma, hommes politique et entrepreneurs les plus connus au monde. 

Sachant qu’il ne pouvait pas représenter Arnold dans sa jeunesse sans trouver quelqu’un qui lui ressemblait, Jones a recruté Calum Von Moger, le champion de bodybuilding IFBB australien. 

Pour les fans de Bodybuilding, les scènes d’Arnold sur scène contre Sergio Oliva (interprété par son fils, Sergio Oliva Jr.) valent le coup.

Ce n’est alors pas étonnant que l’on parle de Bigger. « Il y a toute une énergie autour de ce film, affirme Jones. On a reçu plus de 100 emails par jour nous demandant quand il allait sortir ».

Bigger est sorti pour la première fois sur grand écran le 13 septembre à Las Vegas lors du Olympia Weekend et sa sortie nationale est prévue pour le 12 octobre. A ce jour, on ne sait pas si le film sortira en France.

Solomon, qui est resté producteur co-exécutif, pense que même les personnes qui ont connu les protagonistes seront très heureux du résultat. « Cette histoire a été placée dans les mains des réalisateurs les plus talentueux d’Hollywood et ils ont créé quelque chose de vraiment spécial », déclare-t-il. 

Bigger raconte une histoire incroyable : comment un enfant maigrichon a commencé à s’entraîner pour échapper aux coups constants que lui assénaient les petites brutes et est devenu une icône du Bodybuilding, s’est marié à une pin up à succès et a aidé à créer une industrie mondiale.

« Ce que prônait Joe allait contre toutes les normes, mais les Weider s’en moquaient, déclare Jones. Ils ont suivi leur coeur et ont créé ce monde ».

 

Traduit par Mélanie Geffroy