©shutterstock

Êtes-vous neutre, pronateur ou supinateur ? Si vous vous mettez au running, c’est le moment de le savoir. Commencer le running, c’est bien, mais avec des chaussures inadaptées, attention, danger ! Car sans connaître précisément son type de pied, on court le modèle et de se blesser dès si la chaussure avait l’air confortable en boutique.

1. Pourquoi ?

Il existe trois grands types de pieds :
– Universel, dit aussi neutre : le déroulé de pied est plat, normal, dans l’axe longitudinal.
– Pronateur : le déroulé de pied se fait sur la partie interne du pied, lequel se couche vers l’intérieur.
– Supinateur : le pied se déroule sur l’extérieur jusqu’à la propulsion.

Un oeil averti pourra, en analysant l’usure de vos semelles de running, savoir à quelle catégorie vous appartenez. Attention, ne vous fiez pas à l’usure de vos chaussures de ville : elles sont toutes usées à l’extérieur du talon, mais ça n’a rien à voir avec votre position quand vous courez. « Si on vend un produit pour pronateur à quelqu’un qui a une foulée neutre, explique Laurent Rivière chef de produit running chez Mizuno, malgré la sensation de confort initiale, au bout de quelques foulées, la chaussure l’entraînera sur l’extérieur. Et causera des blessures immédiatement au niveau des ligaments et des muscles. » Résultat, des jambes arquées et un inconfort maximal.

 

2. Qui ?

Chez les coureurs, on constate 5% de supinateurs, 30% de pronateurs et 65% de neutres. Toutes les marques proposent donc des
chaussures pour coureurs universels et pronateurs. Les supinateurs, eux, n’ont pas de chaussure dédiée, mais doivent s’orienter vers des modèles qui procurent une stabilité optimale. C’est elle qui corrigera la supination.

 

3. Comment ?

Pour déterminer son type de pied, on peut aller chez un spécialiste (podologue par exemple) ou dans un bon magasin de running. On peut également aller sur le site myprecisionfit.com, qui propose une série de tests à faire soi-même.

Empreinte (sur une feuille de papier), rotation du pied (regarder l’orientation de ses orteils en marchant sur une ligne droite),  impact (avant-pied ou talon), axe de la jambe (arquée, droite, en X), flexibilité des articulations, axe de la jambe en mouvement (orientation du genou en flexion)… En fonction de ces différents paramètres, le site réalise votre diagnostic personnalisé et vous conseille les modèles les plus adaptés. Sachez quand même que toutes les marques de running proposent des chaussures adaptées aux pronateurs et aux coureurs neutres.