Une bonne « lame » peut vous tirer d’affaire dans de nombreuses situations, mais pas face à un grizzly en colère.

1>FAITES UN CONTRÔLE QUALITÉ COMPLET
Peu d’outils sont aussi mis à mal qu’un couteau de poche. Mieux vaut opter pour une marque connue comme Victorinox ou Leatherman, et non pas un article au rabais acheté dans la quincaillerie du coin. Il est facile de reconnaître un couteau bas de gamme : la lame a du jeu. Or, elle doit absolument être solidaire avec le manche. Même remarque pour les outils. Dépliez chacun d’eux et agitez-les : il ne doit y avoir aucun mouvement (ou très peu) entre les éléments. Notez qu’un bon couteau de poche doit être garanti au moins vingt-cinq ans.

2>TESTEZ LE MÉTAL
Si la lame présente des traces de corrosion et paraît terne, c’est que l’acier est de qualité médiocre. Vérifiez aussi le tranchant : la lame coupe-t-elle une feuille de papier comme un rasoir ?

3>LIMITEZ-VOUS À L’ESSENTIEL
Le Tinker de Victorinox, marque célèbre pour ses couteaux suisses, comporte trois tournevis, un dénudeur de fil électrique, un décapsuleur, des pincettes et deux lames… Complet. Parfait. S’il y a un surcroît de fonctions, le couteau devient trop encombrant. Autre compagnon de choix : le Leatherman Juice C2, conçu pour durer.

——————
Et n’oubliez pas :
– Sexe ou pas ?
– Ne vous laissez plus dominer par la peur
– Soignez vos cheveux