Marathon de boston
©iStock

L’édition 2018 du Marathon de Paris s’est achevée ce dimanche après la victoire de deux kényans, Paul Lonyangata et Betsy Saina.

Les kenyans conservent leur domination internationale sur la course de fond. C’est en tout cas le constat fait ce dimanche 8 avril qui a vu le Marathon de Paris être remporté par deux compatriotes kenyans catégorie masculine et féminine confondues. D’abord Paul Lonyangata, jeune coureur de 25 ans qui tenait déjà dans son palmarès trois victoires Marathonienne (Lisbonne (2013), Shangaï (2015) et Paris (2017)) a passé la ligne d’arrivée après 2h 06 et 25 secondes d’une course dont une chute aurait pu lui être fatale. Il conserve ainsi son titre devant les 40 000 coureurs toutes catégories confondues, mais enregistre un retard de 15 secondes sur sa victoire en 2017. Sur le podium masculin, à ses côtés, il retrouve également deux autres kényans, à savoir Mathew Kisorio (2h 06 et 36 secondes) – et Ernest Ngeno (2h06 et 41 secondes).

Dans cette matinée ensoleillée, c’est aussi une kényane qui devance ses concurrents en catégorie féminine. Betsy Shaina, âgée de 29 ans, 47 kg, remporte à Paris son premier Marathon, croisant au passage son compatriote vainqueur Lonyangata à quelques centaines de mètres de la ligne d’arrivée. Avec seulement six secondes de retard sur lui, elle se classe deuxième de la course mixte mais remporte toutefois la course féminine, après que sa rivale éthiopienne Amane Gobena a abandonné suite à une blessure à la cuisse. Une belle victoire pour celle dont les deux premières tentatives en Marathon s’étaient soldées par des échecs à Tokyo et à New York en 2017.

Révélateur de talents mais n’offrant pas de dotations au niveau des épreuves londoniennes, berlinoises et new-yorkaise, le Marathon de Paris s’est achevé vers 10h45 ce dimanche matin, marqué par l’absence des français dans le haut du classement. Seul Jean Damascène Habarurema, âgé de 41 ans, atteint la 17 ème place en 2h 15 et 13 secondes.