urban trail
©iStock

Comme de nombreuses villes françaises, Rennes a désormais son Urban trail. Ce weekend, la deuxième édition de la capitale bretonne réunira 5 500 participants toutes catégories confondues.

Après une première édition en avril 2017 très réussie où les milliers de participants avaient pu redécouvrir leur ville sous un angle nouveau, ce dimanche 22 avril, ils seront encore nombreux à renouveler l’expérience de l’Urban Trail. En une seule journée, les 5 500 dossards de l’épreuve ont été écoulés, signe d’un évènement qui s’annonce pérenne.

Trois épreuves au départ

Née au Pays-Bas, la mode de l’Urban trail a déjà séduit d’autres villes françaises depuis une dizaine d’années, dont Lyon devenue précurseuse du concept. En alliant découverte touristique et défis sportifs atypiques, l’Urban trail s’est imposé comme un moyen ludique de pratiquer le sport dans un milieu urbain. Accessible à tous, les niveaux de difficultés proposés (à Rennes, trois épreuves de 7, 14 ou 24 kms) rendent la course moins difficile qu’un marathon de 42 kms et moins technique qu’un trail classique dans des sentiers. Mais c’est aussi un excellent moyen de se préparer à l’une de ces deux courses. En ville, les montées d’escaliers sont fréquentes et nécessitent une bonne préparation musculaire. Et le parcours rennais est des plus atypiques, puisqu’il totalise 600 marches sur l’épreuve de 7 kms, 2 000 sur le 14 km et 2 700 sur le 24 km. De plus, le coureur est invité à traverser un opéra, un stade de foot, une station de métro, une piscine ou encore une tour de 16 étages.

Financé grâce au soutien de la ville à travers « Destination Rennes, Dimanche à Rennes« , l’Urban Trail proposera également des animations musicales et ludiques. Pour chaque inscrit, 2 euros sont remis à Bretagne Atlantique Ambition, un fond de dotations qui soutient la recherche médicale. Le départ de la course est prévu sur le Mail François Mitterand.