©iStock

Elle dit qu’elle vous pardonne de l’avoir trompée. Vous la croyez ?

Selon une nouvelle étude, de nombreuses personnes dont la partenaire leur pardonne de l’avoir trompée ne croient pas être vraiment pardonnées. Et cela a des effets à long terme sur leur relation

Vous avez fauté. Même si vous avez été infidèle, vous voulez toujours être avec votre partenaire. Vous lui avez donc avoué votre faute. Et même s’il y a des chances qu’elle pense que vous allez la tromper à nouveau, elle a affirmé qu’elle vous pardonnait.

La question que vous vous posez : est-ce qu’elle vous pardonne vraiment ?

Vous n’êtes probablement pas la seule personne à être hantée par le « pardon » de l’infidélité. Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Evolutionary Behavioral Sciences, les hommes et les femmes ont tendance à ne pas croire que leur partenaire leur pardonne de les avoir trompés.

Dans cette étude, les chercheurs de l’université norvégienne de sciences et technologie ont étudié 92 couples hétérosexuels et leur ont demandé d’imaginer une infidélité sexuelle ou émotionnelle de la part de leur partenaire ou d’eux-mêmes.

Les résultats ? Les individus ne croyaient pas que leur partenaire leur avait pardonné et ils ont déclaré qu’ils étaient plus enclins à compenser en étant plus attentif ou en offrant des cadeaux. Même s’il y a beaucoup de similitudes entre les sexes lorsqu’il s’agit des suites d’une tromperie, il existe une exception : alors que l’infidélité sexuelle affecte grandement à la fois les hommes et les femmes, ces dernières sont bien plus affectées par l’infidélité émotionnelle comme les happy hours après le travail avec une jolie collègue ou l’épanchement au sujet de votre relation à votre ami d’université visiblement célibataire.

« Beaucoup ne considèrent pas du tout ça comme de l’infidélité car ils n’ont pas couché avec une autre femme », affirme le professeur Leif Edward Ottesen Kennair, un des auteurs de l’étude.

Avant de déjeuner avec une fille qui n’est pas votre petite-amie, réfléchissez à ce que cette dernière considère comme une tromperie.

Par Erin Alexander / Traduit par Mélanie Geffroy