Êtes-vous intolérant au lactose ?

DANS LE NORD DE L’EUROPE, AUTOUR DE 10 % DE LA POPULATION L’EST. LE CHIFFRE ATTEINT DE 40 À 50% DANS LE SUD, POUR CULMINER À 100% CHEZ LES ASIATIQUES. ALORS, ÊTES-VOUS CONCERNÉ?
Par Jasmine Saunier

INTOLÉRANT OU ALLERGIQUE : FAITES LA DIFFÉRENCE
« De nombreuses personnes pensent être allergiques au lait, alors que ce n’est qu’une intolérance, constate le Dr Florence Trébuchon, allergologue. L’allergie aux protéines de lait ne touche pratiquement que les nourrissons. C’est un mécanisme qui fait intervenir le système immunitaire et produit des réactions comme de l’urticaire, des vomissements violents, un œdème, voire un choc anaphylactique. » Au contraire, l’intolérance au lactose est désagréable, mais pas dangereuse. « Les symptômes sont principalement une diarrhée et des ballonnements, mais ils peuvent varier d’une personne à une autre », affirme le Pr Robert Benamouzig, gastroentérologue. À l’origine du problème : notre incapacité à digérer le sucre du lait, le lactose. Les mammifères que nous sommes naissent
avec une enzyme dédiée à cette opération (la lactase). Mais elle décroît rapidement quand nous décidons d’abandonner le biberon.

SOYEZ SÛR DU DIAGNOSTIC
Avant de renoncer au lait fraise, vous devez être certain que vos maux de ventre ne sont pas imputables à une huître avariée. Vous pouvez d’abord essayer un test simple : buvez un verre de lait à jeun et observez ce qui se passe dans les heures qui suivent. Le résultat relève du bon sens, mais les symptômes ne sont pas spécifiques de l’intolérance au lactose. Ne vous mettez donc pas au régime tout seul, sans l’avis d’un spécialiste.
« S’il y a un doute, on peut réaliser des tests biologiques, confirme le Pr Benamouzig. Par exemple, on donne du lactose et on mesure la glycémie. Si elle a augmenté, c’est que le lactose a été assimilé. » Autre possibilité : le test respiratoire, qui mesure la concentration d’hydrogène.

RESTEZ MODÉRÉ
Être intolérant au lactose ne signifie pas que vous allez devoir vous priver de tous les produits laitiers à vie. Il existe différents degrés d’intolérance, en fonction de la quantité de lactose que vous êtes capable de digérer.
« Beaucoup supportent très bien les fromages fermentés et les yaourts, affirme le Dr Trébuchon, car la fermentation détruit le lactose. » Toute la difficulté étant de savoir reconnaître un produit fermenté… Yaourt : oui. Crème dessert ou fromage blanc : non. Certains supportent même de petites quantités de lait, car il existe aussi un « effet dose ». Pour connaître votre seuil de tolérance, le médecin vous conseillera généralement
de supprimer tous les produits laitiers pendant une période limitée. Puis vous pourrez en réintroduire progressivement, pour voir jusqu’où vous les supportez. « On peut aussi proposer des laits délactosés ou des compléments alimentaires qui contiennent de la lactase et se prennent en même temps que le produit laitier », complète le Pr Benamouzig.

CHERCHEZ LE CALCIUM AILLEURS
Même si vous abandonnez l’option barbare de l’éviction totale et aveugle, vous serez tout de même obligé de limiter votre consommation de certains produits laitiers. Et sans rééquilibrage dans votre alimentation, vous risquez d’être carencé, notamment en calcium et vitamine D. Pensez à boire régulièrement des eaux minérales et à consommer des produits riches en calcium, comme les sardines en boîte ou les légumes crucifères (choux, brocolis, persil, etc.). Certains fruits secs, comme les amandes ou les figues, en contiennent aussi. Mais si vous êtes vraiment très intolérant, il vaut mieux consulter un nutritionniste pour revoir votre régime alimentaire.

—————–

Et pour garder la forme :
– 10 semaines pour préparer un semi-marathon
– Les meilleurs outils pour vos muscles
– Sculptez-vous un dos plus puissant