Enquête salles de sport
© iStock

Une enquête de la répression des fraudes, la DGCCRF, révèle que 67% des salles de sport de l’hexagone présentent des irrégularités et appelle ainsi les français à choisir leur salle de sport avec attention.

67% des salles de sport dans l’illégalité

L’enquête, relayée par RTL ce lundi 22 octobre 2018, a été menée sur 546 salles de sport représentants le marché du fitness durant l’année 2017. Tout d’abord, il apparait que 40% des salles de sport n’informent pas assez leurs adhérents sur leurs conditions générales de vente. Manque d’affichage et de transparence sur les prix, absence de règlement intérieur, défauts d’informations sur les sites internet ou encore mauvaise communication, les salles de sport se font épingler pour leur opacité.

Par ailleurs, environ 25% des salles de sport intègrent des clauses abusives dans leurs contrats. Les adhérents ne le savent pas mais ils y font face quotidiennement dans leur pratique de la musculation ou de la remise en forme. En effet, avec des cours annulés ou déplacés, des équipements qui disparaissent en cours d’année, des horaires qui évoluent au fur et à mesure des saisons ou encore une politique de prix changeante, les salles profitent largement de leurs clients.

Pour finir, près de 12% des salles de sport usent de pratiques commerciales trompeuses. RTL explique en effet que les frais d’inscription ou de dossiers ne sont pas toujours indiqués dans les campagnes publicitaires, qui elles font parfois la promotion d’une offre exceptionnelle finalement moins avantageuse que le tarif de base. Ces campagnes vendent également parfois la possibilité de pratiquer des sports qui ne sont en fait pas disponibles dans ces structures. Enfin, l’enquête soulève le problème des offres sans engagement qui promettent aux adhérents la liberté de rompre leur abonnement à tout moment mais qui demandent ensuite un préavis pouvant aller jusqu’à 3 mois.