Bon ok. Vous êtes bien arrivés, vous avez mis de la crème solaire et vous nagez comme un dauphin. Et maintenant, vous voulez faire le malin devant les filles à la plage. Mais attention à la blessure mortelle !

4- En faisant du sport

[box type= »success » align= »alignleft » ]Le plein air vous donne des ailes ? Vous avez furieusement envie de fouler cette étendue de sable ou, au contraire, de vous y étaler au cours d’une partie de beach-volley endiablée ? Vous avez bien raison, faire du sport, c’est sain, mais en été, certains problèmes peuvent surgir.[/box]

[highlight]La foulure[/highlight]
Un contre ou une réception qui tourne mal au beach-volley, un trou d’eau caché sur le rivage, et c’est la foulure assurée.

[highlight]COMMENT ÉVITER LE DANGER[/highlight]
Pour tenter de déjouer la foulure, restez attentif, portez des chaussures qui maintiennent suffisamment le pied ou strappez les membres à risque, comme les doigts lors d’une partie de volley.

[highlight]SI C’EST DÉJÀ TROP TARD[/highlight]
Appliquez de la glace sur la zone enflée, entourez-la d’un bandage élastique sans trop serrer et évitez au maximum de mobiliser le membre touché pendant au moins quinze jours.

 

[highlight]Le claquage[/highlight]
Trop pressé de piquer un sprint à la plage ? Et hop, une douleur intense à la cuisse vous rappelle à l’ordre : ce n’est pas parce que c’est l’été que les échauffements prennent leurs congés.

[highlight]COMMENT ÉVITER LE DANGER[/highlight]
S’échauffer systématiquement avant tout effort physique.

[highlight]SI C’EST DÉJÀ TROP TARD[/highlight]
Que ce soit une crampe, une contracture ou une déchirure, cessez immédiatement tout effort et mettez de la glace sur le muscle lésé.

 

[highlight]Le coup de chaleur[/highlight]
Face au soleil, tous les sportifs ne sont pas préparés comme Rafael Nadal. Votre petit footing revigorant peut très vite vous conduire aux urgences, voire à la morgue dans les cas les plus extrêmes de ce qu’on appelle « l’hyperthermie maligne d’effort ».

[highlight]COMMENT ÉVITER LE DANGER[/highlight]
Fuyez toute activité sportive pendant les heures chaudes. Et n’attendez pas d’avoir soif pour boire.

[highlight]SI C’EST DÉJÀ TROP TARD[/highlight]
Si vous ressentez une fatigue brutale ou une soif intense, si vous avez un malaise ou des crampes, si vous vomissez : cessez toute activité, mettez-vous à l’ombre, refroidissez- vous en vous aspergeant d’eau et en vous ventilant, et prévenez les secours.

[highlight]Les coupures et abrasions[/highlight]
Le sable cache de nombreux trésors, mais hélas, plus souvent des canettes rouillées que le butin des pirates des Caraïbes. Pire ! En cas de chute brutale, il peut se transformer en véritable papier de verre.

[highlight]COMMENT ÉVITER LE DANGER[/highlight]
S’il est difficile d’éviter une boîte de conserve perverse qui a mis des jours à être ensevelie sous le sable, il est possible d’éviter le pire en gardant ses baskets pour faire du sport. Il est également possible d’éviter d’escalader les rochers de bords de mer ou de porter des protections aux genoux et aux coudes lorsque l’on joue au beach-volley. Ok, ce n’est pas terrible pour le bronzage, mais c’est efficace pour les plongeons à la Jeanne et Serge.

[highlight]SI C’EST DÉJÀ TROP TARD[/highlight]
Il faut rincer la plaie pour éliminer le sable et la nettoyer en allant du plus propre au plus sale, avec une compresse d’eau et du savon de Marseille. Protégez ensuite la plaie avec un pansement. Et évitez le contact avec l’eau de mer avant la cicatrisation.

[highlight]La crise cardiaque[/highlight]
Vous n’avez pas couru depuis le jour où vous avez essayé de rattraper le chat qui s’était enfui au moment charger la voiture, l’été dernier ? Attention avant de reprendre le sport, si vous ne voulez pas finir comme Michel Berger.

[highlight]COMMENT ÉVITER LE DANGER[/highlight]
Reprenez progressivement et évitez d’entreprendre, dès votre arrivée, un footing dans les dunes. Et, bien évidemment, faites du sport tout au long de l’année, si possible.

[highlight]SI C’EST DÉJÀ TROP TARD[/highlight]
Appliquez la règle de base des premiers secours : protéger, alerter et secourir. Pratiquez la réanimation cardio-pulmonaire et utilisez un défibrillateur si vous maîtrisez ces techniques, sinon, laissez cela à ceux qui savent.

[highlight]La pétanque[/highlight]
Plus courant qu’il n’y paraît, l’accident de pétanque a même causé la mort d’une personne qui avait reçu une boule sur la tête en 2008.

[highlight]COMMENT ÉVITER LE DANGER[/highlight]
Demandez aux autres joueurs d’arrêter la partie lorsque vous allez vérifier un point.

[highlight]SI C’EST DÉJÀ TROP TARD[/highlight]
Consultez un médecin s’il y a eu étourdissement. Si le blessé est inconscient, le mettre en position latérale de sécurité et prévenez les secours.

[box type= »info » ]LES CONSEILS DU PRO
Sébastien Rossi, coach sportif à Paris.

COURIR SUR LE SABLE
« Courir dans le sable peut être intéressant pour prévenir les foulures, car, sur des sols différents, on travaille ce qu’on appelle “la proprioception”. En gros, ce sont les réflexes du pied. Ça muscle aussi beaucoup le mollet et la cheville. L’idéal est de courir en baskets. Mais on peut aussi courir pieds nus sur du sable pas trop dur. »

COURIR DANS L’EAU
« Courir ou marcher dans l’eau, c’est juste extraordinaire. L’idéal est d’avoir de l’eau jusqu’à la taille. Paradoxalement, l’eau vous porte et allège les contraintes au niveau des articulations, mais à côté de ça, vous aurez plus de travail à fournir contre la résistance de l’eau. Ça fait travailler énormément les abdominaux – et l’équilibre, si vous progressez au milieu des vagues. »[/box]

Demain, nous verrons comment éviter les dangers du plaisir !

——————————
Bien manger aussi, c’est important :
– Faites le plein de minéraux
– La recette de la semaine
– Quels aliments pour mieux dormir ?