Les fibres musculaires
© iStock

Avant de se lancer à corps perdu dans des exercices pour se muscler, mieux vaut savoir comment fonctionnent les muscles. Parfois, vous avez l’impression que les exercices que vous faites sont faciles. Parfois, vous avez la sensation inverse lorsque certains mouvements vous font ressentir de la douleur. C’est que les muscles fonctionnent de manière complexe, selon les fibres utilisées. Si vous ne le saviez pas, lorsque vous vous entraînez, le groupe de muscle que vous travaillez ne recrute pas toutes les fibres musculaires dont il dispose. Cela dépend de l’intensité et du volume que vous lui imposez.

Les deux types de fibres musculaires

Les deux types de fibres ne seront pas stimulés par les mêmes types d’effort.

Les fibres de type I ou fibres lentes

Les fibres de type I sont stimulées majoritairement lors d’efforts de longue durée à faible intensité. Par exemple, si vous faites un marathon, vous allez utiliser une majorité de fibres de type I. En musculation, c’est lors des séries longues que celles-ci vont entrer en action. Ce sont elles qui sont à l’œuvre dans les exercices aérobies et forment la musculature posturale. Si la tâche que vous entreprenez ne nécessite pas plus de 25 % de l’énergie de votre muscle, ce sont les fibres de type I qui interviennent.

Les fibres de type II ou fibres rapides

En revanche, si un mouvement requiert plus d’énergie, les fibres de type 2, dites à contraction rapide vont se mettre en action. Elles travaillent plus rapidement mais s’épuisent également plus vite. Ces fibres sont donc efficaces pour ce qui requiert plus de puissance mais ne tiendront pas sur la durée. Elles sont donc utilisées lors des efforts brefs et intenses comme lorsque vous effectuez un exercice en série de 1 à 3 répétitions. Elles sont à l’œuvre dans les exercices anaérobies. Donc, si vous soulevez des haltères légères, les fibres de type 2 ne vont pas intervenir.

Répartition des types de fibres musculaires

Tous les groupes musculaires n’ont pas la même répartition de fibres. Les muscles des jambes sont par exemple surtout riches en fibres de type I. Vous devrez alors privilégiez un entraînement avec des séries plus longues. A l’inverse, le biceps ou les pectoraux sont davantage constitués de fibres de type II. Il ne faudra donc pas oublier d’effectuer des séries courtes avec une charge importantes lors de vos entraînements. Selon vos objectifs, il convient donc non seulement de trouver les exercices adaptés mais aussi de choisir la puissance à développer.