Jeûne intermittent en musculation
© iStock

Vous voulez sécher ou faire une petite perte de poids ? Les méthodes de régime sont nombreuses et il est parfois difficile de choisir. Aujourd’hui, on fait le point sur le jeûne intermittent !

Le jeûne intermittent et la musculation

Le jeûne intermittent est une de ces modes de régime qui viennent et qui repartent et dont on entend tout et son contraire. Même s’il existe différents types de jeûne intermittent, l’idée principale, c’est qu’il y a des horaires prédéterminés durant lesquels vous devez restreindre le nombre de calories absorbées. Le reste du temps, vous pouvez manger comme vous le faites habituellement. Beaucoup de recherches ont été menées sur ce type de régime alimentaire pour déterminer s’il est efficace et s’il a des effets à long terme sur la santé. Alors, le jeûne intermittent est-il bon pour vous si vous cherchez à vous muscler ?

Les types de jeûne intermittent

Il existe deux types principaux de jeûne intermittent : le Time Restricted Feeding (TRF) et le format 5:2. Avec le TRF, vous ingérez votre dose quotidienne de calories en 8 heures et vous jeûnez les 16 autres heures de la journée. Par exemple, vous mangez de 8h à 16h, rien avant ni après.

Le format 5:2 consiste en deux jours non consécutifs dans la semaine durant lesquels vous jeûnez, ou en tout cas vous absorbez très peu de calories (environ 500 calories pour un adulte moyen), ce qui permet de répondre à environ 25 pour cent de vos besoins journaliers en calories. Les cinq autres jours de la semaine, vous mangez comme à votre habitude. La seule règle, ce n’est pas ce que vous mangez, mais combien et quand est-ce que vous consommez des calories lors des jours de jeûne (si vous suivez la méthode 5:2). Cependant, si vous mangez trop ou pas assez lors des jours normaux, cela peut impacter les moments ou les jours durant lesquels vous jeûnez.

Les symptômes induits par ces deux méthodes varient d’une personne à l’autre. Ils comprennent par exemple la fatigue, les maux de tête, la faim et l’irritabilité. Vous pouvez également souffrir de problèmes gastro-intestinaux comme des gaz, des ballonnements ou de la constipation selon la façon dont votre corps réagit au changement des heures de repas et de la quantité de nourriture ingérée.

Le jeûne intermittent peut-il impacter vos séances ?

Si vous avez l’intention de vous entraîner tout en pratiquant le jeûne intermittent, Dana Angelo White, entraîneur certifiée et diététicienne du sport à la Quinnipiac University de Hamden, souligne certains problèmes potentiels qui peuvent survenir. « Le déficit calorique, en particulier lors des jours de jeûne, peut avoir un impact négatif sur vos performances. Le manque d’énergie peut interférer avec une bonne production d’énergie et la récupération musculaire ».

Si vous avez vraiment l’intention de vous entraîner et que vous cherchez à vous muscler, White suggère de suivre le modèle TRF. La fenêtre habituelle pour manger avec le régime TRF est de 8h à 16h ou de midi à 20h pour prolonger la période de jeûne la nuit. « Je suggère de pratiquer une séance d’entraînement au milieu de cette fenêtre pour absorber les calories avant et de prendre ensuite un repas après la séance pour récupérer », explique White.

 

Traduit par Mélanie Geffroy