Julien Absalon VTTAE
© VTTAE.fr

Double champion olympique et quintuple champion du monde de VTT, Julien Absalon a remporté sur son Moustache de compétition les premiers championnats de France de VTT à assistance électrique de l’histoire de ce sport. Et balaie tous les doutes : oui, le VTTAE est un pur sport.

Interview de Julien Absalon

VTT ou VAE, vers quoi ton cœur balance ?

Je n’ai pas de préférence, ce qui me plaît, c’est de passer d’une discipline à l’autre, selon les envies.

Tu viens juste d’annoncer ta retraite des compétitions de cross-country olympique, mais tu pratiquais déjà le VAE depuis longtemps…

Oui, et je l’avais déjà intégré dans ma préparation, mais de façon non officielle.

C’est cette retraite qui t’as permis de participer au championnat VTTAE ?

Ce n’est pas directement lié, mais le fait d’arrêter la compétition, avec toutes les contraintes du très haut niveau que cela suppose, m’a permis d’inverser mes priorités, pour privilégier des défis sportifs pour le plaisir.

En terme d’exigences athlétiques, quelles sont les différences entre le VTT et le VAE ?

Il n’y en a pas, tu peux faire des sorties tout aussi dures, en produisant autant d’efforts. La seule différence, c’est que l’assistance électrique permet de parcourir plus de kilomètres, avec 60% de dénivelé positif en plus, donc plus de montées, plus de descentes, plus d’enchaînements.

Quels avantages vois-tu dans le VAE ?

Il y a en beaucoup pour le grand public : ça peut faire revenir au vélo des gens qui ne faisaient plus de VTT, ça peut permettre à ceux qui trouvaient le VTT trop exigeant physiquement d’y venir, et pour les pros, ça peut être une pratique extrêmement sportive, complémentaire du VTT.

Le VTTAE, c’est du cyclisme ou du motocyclisme ?

C’est clairement un vélo, donc il est évident que c’était à la Fédération Française de Cyclisme d’organiser ce championnat. Pour moi, il n’y a pas débat. S’il s’agissait d’un vélo électrique pur, pouvant atteindre 45 km/h, ce serait différent, mais avec des vélos à assistance électrique bridés à 25 km/h, on reste dans le cyclisme.

Tous les vélos étaient donc bridés à 25km/h ?

Oui, à plus ou moins 10%. C’est d’ailleurs cette même puissance de moteur qui a permis de garantir une équité sportive. Tous les constructeurs se sont mis d’accord pour respecter cette règle, avec des vérifications des vélos avant et après la compétition.

Pourquoi rouler en Moustache ?

Parce que je connais les 2 fondateurs de longue date, avant même qu’ils se lancent cette marque. Et parce que nous avons des racines communes, les Vosges. Être l’ambassadeur de moustache était donc logique.

Julien Absalon VTTAE
© Nacho Grez Photography

Golden boy

Début juin à Villard-de-Lans (Isère), Julien Absalon a bouclé les 27 km du parcours en devançant Neïlo Perrin-Ganier, champion de France de cross-country espoirs en 2017, et Miguel Martinez, champion olympique en 2000.