Crédit iStock

Le cerveau au service des muscles

Pas motivé pour bouger ? tout est dans la tête. Notre cerveau est programmé pour économiser nos forces. Voici cinq manières de le re programmer

Astuce 1 : Accélérez vos entraînements

Lorsque vous sprintez vers un objectif – à l’instar de nos ancêtres qui chassaient pour se nourrir –, votre cerveau vous récompense avec une dose de dopamine qui imprime le souvenir de votre succès et le plaisir que vous en avez tiré. L’entraînement fractionné de haute intensité (Hiit) produit des effets similaires. Contrairement à l’entraînement par résistance ou le cardio sur longue distance, le Hiit augmente la circulation sanguine dans le cortex frontal de manière substantielle.

À vous de jouer trouvez une pente que vous pouvez monter en 20 à 30 secondes à pleine vitesse. après un petit échauffement (10 minutes de jogging suffisent), courez jusqu’au sommet aussi vite que possible.

En arrivant, faites 40 mountain climbers suivis de 10 pompes, puis redescendez en marchant. Répétez le circuit (sprint, mountain climbers, pompes, marche) autant de fois que possible en 20 minutes. L’exercice en pente a un effet triple : vous avez un objectif clairement visible, vous accumulez de la puissance et vous vous épuisez plus rapidement que sur un terrain plat. Enfin, le retour en marchant représente une période de récupération naturelle pour à nouveau tout donner à l’intervalle suivant. La série est parfaite pour un entraînement cardio.

Astuce 2 : Utilisez le sexe comme carotte

Vous vous êtes déjà retrouvé à faire quelque chose de vraiment barbant – choisir du linge de maison, prendre le thé avec ses copines ou regarder un épisode de Grey’s Anatomy – juste pour faire plaisir à une femme ?

C’est parce que votre cerveau fonctionne en lien avec le sexe : votre cortex vous pousse à traverser ces moments angoissants pour augmenter vos chances de copuler.

De la même façon, vous pouvez utiliser le sexe pour vous encourager à aller au bout de vos entraînements et à revenir jour après jour. À vous de jouer ! Pendant une semaine chaque mois, convenez avec votre partenaire que vous n’aurez des relations sexuelles que les jours où vous faites du sport (tous les deux, idéalement). Les bienfaits vont au-delà de la simple motivation : l’augmentation de l’afflux sanguin engendré par l’exercice stimule les parties génitales, ce qui intensifie l’excitation et le plaisir. après tout, le sexe est une suite de mouvements répétitifs, notamment du tronc. Pour garder le rythme et satisfaire votre conjointe, mieux vaut donc aller régulièrement à la salle de sport.

Astuce 3 : À la vie, à la mort

Le cerveau humain est l’un des plus évolués de la nature, mais il a néanmoins du mal à distinguer les menaces imaginaires des vrais dangers. Exploitez cette faiblesse en instaurant des scénarios de « vie ou de mort » sur le plateau de musculation pour inciter votre cerveau à libérer des substances de récompense, qui vous aideront à soulever plus et plus longtemps.

À vous de jouer attrapez des kettlebells de 24 kg chacun pendant qu’un ami grimpe sur un rameur. Tenez les kettlebells devant vos épaules, coudes pliés et paumes vers l’intérieur, puis demandez à votre pote de ramer aussi vite que possible. Si vous baissez les poids avant qu’il ne parcoure 250 mètres, il est « mort ». Quand il atteint l’objectif, inversez les rôles pour finir le premier round. faites-en cinq au total. Ça vous oblige à « sauver » votre ami. Et après un ou deux tours, vous vous accrocherez aux poids – et vous ramerez – comme si votre vie en dépendait.

Astuce 4 : Faites étalage de vos talents

Socialiser, jouer et interagir avec les autres – des comportements que l’on sait essentiels à la survie de l’homme – peut avoir un impact important sur les performances, comme le révèle une étude de la Michigan State University. Les chercheurs ont découvert que les personnes qui s’entraînent ensemble travaillent plus intensément et jusqu’à deux fois plus que ceux qui transpirent en solo. Ce qui les motive ? la peur d’être le maillon faible. Tout le monde peut bénéficier de cette augmentation des performances en étant un peu moins loup solitaire et en prenant part à des entraînements de groupe, si possible avec des inconnus.

À vous de jouer intégrez un match sur un terrain de basket de rue, inscrivez-vous à des séances d’entraînement de groupe ou commencez tout simplement un nouveau cours collectif. Si vous vous divertissez et vous vous entraînez avec de nouvelles personnes, vous travaillerez plus dur pour vous montrer sous votre meilleur jour.

Astuce 5 : Laissez-vous tenter par le sucré

Il est normal d’avoir un faible pour le sucré : le cerveau vous récompense quand vous avalez du sucre, qui représente une importante source d’énergie cellulaire une fois converti en glucose. Les boissons énergétiques visent à faire le plein de glucose, mais vous n’avez pas forcément besoin de les boire pour bénéficier d’un regain d’énergie. D’après une étude britannique, les cyclistes d’endurance qui se rinçaient simplement la bouche avec de l’eau au glucose (une boisson énergétique comme une autre) pédalaient plus vite, déployaient plus de puissance et présentaient une plus grande activation des centres cérébraux de la récompense. Et tout cela se traduisait par de meilleures performances.

À vous de jouer si vous avez un coup de mou pendant un cours de spinning ou un long footing, rincez-vous la bouche avec votre boisson sportive préférée et recrachez-la. vous obtiendrez les mêmes effets neurochimiques sans les calories. Évitez toutefois les boissons zéro calorie. Dans la même étude, les cyclistes qui avaient un rafraîchissement avec édulcorant n’ont pas ressenti les mêmes effets.