Samir Bannout Mr Olympia
© Flex Magazine

Le 16 septembre 2018 se tiendra la 54ème édition de Mr Olympia. Pour vous faire patienter, nous avons décidé de vous faire connaître les légendes de la plus prestigieuse compétition de Bodybuilding au monde. Et on continue avec Samir Bannout, le roi du « Christmas Tree » !

Les légendes de Mr Olympia: Samir Bannout

Samir Bannout a eu une carrière plutôt curieuse. En 16 ans et 49 concours professionnels, il n’en a gagné que deux. Dont Mr Olympia 1983. Il eu trois bonnes années, de 1982 à 1984, quand son conditionnement fut au niveau de sa masse musculaire, les autres années, il n’était malheureusement pas assez sec voire gonflé par la rétention d’eau pour prétendre monter sur la première marche des podiums. En dehors de ses bonnes années, la carrière de Bannout a eu à la fois un début assez chaotique et une fin plutôt oubliable. Il ne réussit pas à se classer lors de ses débuts professionnels en 1979, et il termine 15e sur 16 lors de ses débuts à Olympia en 1980. Personne n’aurait alors pensé que le Libanais inscrirait son nom sur les tablettes du bodybuilding. Mais il y parvint tout d’abord en 1982 en se classant 4ème à Mr Olympia puis l’année suivante en remportant le trophée juste devant son compatriote Makkawy.

Bannout: le roi du Christmas Tree

C’était à cet instant, au moment où Samir Bannout posait ses mains sur ses hanches, tirant ses coudes vers l’arrière, s’apprêtant à libérer ses dorsaux pour faire admirer son dos, que tout le monde pouvait admirer son « Christmas Tree« . Il s’arrêtait quelques secondes pour marquer un effet dramatique, et la séparation entre le bas de ses dorsaux et ses lombaires faisait alors apparaître un sapin de Noël. Bien sûr, le Mr Olympia de 1983 n’a pas été le premier à le faire, mais personne n’a mis en valeur ce moment aussi bien que le Lion du Liban, faisant de sa nouvelle pose un moment incontournable pour les photographes comme pour les concurrents. N’ayant jamais eu la masse nécessaire pour surpasser ses rivaux, Bannout, comme Zane et Dickerson, a compté sur les proportions et les détails pour surclasser la concurrence.

Confronté à une nouvelle génération de bodybuilders, avec un tête d’affiche un certain Lee Haney, Bannout se classa ensuite sixième à Olympia de 1984. Le Lion n’a ensuite remporté qu’une seule compétition après son triomphe à Olympia, le Pittsburgh Pro de 1990, et son dernier rugissement en compétition fut au Masters Pro World 2011, où il s’est classé 11e. La carrière de Bannout prouve qu’il ne s’agit pas toujours d’être le meilleur dès le début ou de finir en beauté. Il s’agit des sommets que l’on atteint en cours de route.

L’entraînement de Samir Bannout pour le dos:

  • Tractions prise large| SETS: 4–5 | REPS: 10–12
  • Tirage horizontal assis | SETS: 4–5 | REPS: 10–12
  • Pullovers à la machine | SETS: 4–5 | REPS: 8–10
  • Tirage nuque| SETS: 4–5 | REPS: 8–10
  • Tirage bûcheron | SETS: 4–5 | REPS: 10–15