9 questions sur le sexe
© iStock

Jetez un coup d’oeil derrière la porte de la sexologue Vanessa Marin, thérapeute et auteur d’articles sur le sexe dans une douzaine de magazines, pour connaître les questions que la plupart des hommes lui posent le plus souvent.

Les 9 questions les plus courantes sur le sexe

Dès que les gens découvrent que je suis sexologue, ils me demandent « quels genres de questions on vous pose le plus souvent ? ». Je sais qu’ils cherchent principalement à connaître des histoires intéressantes, mais je sais aussi qu’ils demandent (de façon sous-entendue) si leurs propres questions sur le sexe sont normales. Quand il s’agit de sexe, le spectre de ce que constitue la normalité est large et souvent, vos questions sont partagées par beaucoup d’autres personnes. Les sexologues font face à de nombreuses situations que les individus peuvent considérer comme embarrassantes. N’ayez pas peur de demander.

Si vous voulez jeter un coup d’oeil derrière la porte de mon cabinet et vous assurer que vos questions sont parfaitement acceptables, je suis là pour vous aider. Voici les neuf questions les plus courantes que l’on me pose et mes réponses sans filtre.

1. La taille du pénis est-elle importante ?

Je vais vous répondre honnêtement : oui, la taille du pénis compte, mais pas autant que vous le pensez ou de la façon dont vous le pensez. 

Si vous avez un rapport sexuel vaginal, la femme veut probablement avoir l’impression que vous occupez tout l’espace, mais cela dépend vraiment de la préférence de chacune. Certaines femmes aiment les pénis longs, d’autres aiment les pénis courts. D’autres encore préfèrent les pénis épais tandis que certaines les aiment plus effilés. Vous pouvez coucher avec une fille qui préfèrerait que vous en ayez un plus gros, avec une autre qui préfèrerait que vous en ayez un plus petit ou encore avec une qui le trouve à sa convenance. Tout est une question de symbiose entre les corps. Ce n’est pas un jugement personnel contre vous. 

En général, avoir un plus gros pénis n’est pas toujours une bonne chose. Un gros pénis peut entraîner beaucoup de douleurs pour la personne que vous pénétrez. La taille de votre pénis est beaucoup moins importante pour le sexe anal que pour le sexe vaginal. Un plus petit pénis est d’ailleurs probablement préférable lors d’un rapport anal.

2. Est-ce que je peux augmenter la taille de mon pénis ?

Je vais être encore plus brutale et honnête : non, vous ne pouvez pas augmenter la taille de votre pénis. Vous avez probablement vu des tonnes de suppléments, d’appareils médicaux voire de techniques de masturbation qui vous promettent une augmentation de la taille ou de l’épaisseur de votre pénis. Sans parler des recherches Google que vous avez faites « par curiosité ». Aucune de ces bêtises ne fonctionne et acheter un prétendu agrandisseur de pénis équivaut à jeter de l’argent par les fenêtres. Ne perdez pas votre temps et votre argent. Apprenez à faire avec ce que vous avez.

3. Les femmes peuvent-elles avoir un orgasme pendant l’acte sexuel ?

L’une de mes spécialités consiste à coacher les femmes sur la façon d’avoir un orgasme. Je travaille donc beaucoup sur ce sujet. J’aime faire la distinction entre avoir un orgasme grâce au sexe et avoir un orgasme grâce à un acte sexuel. La vérité, c’est que seulement 15 à 20% des femmes peuvent avoir un orgasme grâce à la pénétration elle-même. Cependant, toutes les femmes peuvent apprendre à avoir un orgasme pendant un acte sexuel. 

L’orgasme féminin se résume au clitoris. Malheureusement, le clitoris est souvent négligé pendant les rapports sexuels. A savoir : le clitoris se prolonge à l’intérieur du corps et se sépare en deux. Ce n’est pas seulement la petite bosse de peau que vous voyez entre ses lèvres. Il est en fait de la forme d’une furcula. Les jambes internes du clitoris peuvent être stimulées pendant le rapport sexuel. C’est pourquoi une petite partie des femmes peut avoir un orgasme lors de la pénétration. Parfois, le clitoris est également stimulé durant le rapport sexuel (comme lorsque votre os pubien frotte contre son clitoris lorsque vous faites des va-et-vient), mais vous ne vous en rendez pas compte. Si vous voulez qu’elle ait un orgasme pendant l’acte sexuel, trouvez des façons de stimuler son clitoris avec vos mains ou avec un vibromasseur. 

4. Comment durer plus longtemps ?

Il existe beaucoup de techniques pour apprendre à durer plus longtemps, mais le meilleur moyen pour commencer, c’est d’examiner votre technique de masturbation. La plupart des hommes ont tendance à viser l’éjaculation et l’orgasme aussi vite que possible lorsqu’ils se masturbent. Cependant, vous entraînez ainsi votre corps à avoir un orgasme rapidement. La façon dont vous vous masturbez a un impact important sur la façon dont vous avez un rapport sexuel avec votre partenaire. 

Pensez plutôt au temps que vous souhaitez durer lors d’un rapport. C’est la durée minimale durant laquelle vous devriez vous masturber. 

5. Regarder du porno est-il mauvais ?

Le porno peut être marrant à regarder, mais comme pour tout dans la vie, la modération est essentielle. L’un des problèmes les plus importants avec le porno, c’est que vous finissez par être plus attentif à l’écran qu’à ce qui se passe dans votre corps. Cela peut mener à tout un tas de problèmes comme des problèmes d’érection ou des problèmes à atteindre l’orgasme. En général, je recommande de ne pas regarder de porno plus de la moitié du temps que vous passez à vous masturber. 

Je recommande aussi fortement de faire attention à ce que vous regardez. L’idée, ce n’est pas que la pornographie est fondamentalement mauvaise, mais que nous pouvons faire du meilleur porno. C’est-à-dire du porno qui :

* traite ses acteurs équitablement et avec respect,

* montre du sexe plus réaliste (certains acteurs porno sont de vrais couples), 

* est diversifié en terme de corps et d’activités,

* ne montre pas de violence ou de dégradation envers les femmes.

6. Trop se masturber est-il mauvais ?

Oui, il est possible de trop se masturber. Pour certains hommes, la masturbation peut commencer à devenir compulsive, comme s’ils n’avaient pas le contrôle sur le nombre de fois où ils le font. Cela peut interférer avec votre vie quotidienne et avec vos responsabilités. La masturbation peut parfois devenir la stratégie d’adaptation principale d’un homme face au stress ou aux émotions négatives. Si vous commencez à vous inquiéter quant à votre fréquence masturbatoire, je vous recommande de consulter un sexologue.

7. Une femme peut-elle tomber enceinte à cause du liquide pré-éjaculatoire ou lorsqu’elle a ses règles ?

Oui et oui ! Ces deux questions sont liées aux vieux mythes que vous avez probablement entendus au collège ou au lycée. Il est possible pour une femme de tomber enceinte à cause du liquide pré-éjaculatoire et quand elle a ses règles. A moins que vous ne souhaitiez prendre le risque, assurez-vous de vous protéger à chaque fois. 

8. Le point G existe-il vraiment ?

Le point G existe. Souvenez-vous des jambes internes du clitoris. Elles sont dans le même secteur que la paroi avant du vagin et peuvent être stimulées à travers les parois vaginales. 

Le point G n’est pas vraiment un « point » en soi, mais plus un réseau de terminaisons nerveuses. Certaines femmes ont une petite bosse de tissus dense et spongieuse dans les parois vaginales de la taille d’une pièce de monnaie. Parfois, vous ne pouvez le sentir que si elle est très excitée. D’autres femmes n’ont pas de véritable structure. Quoi qu’il en soit, la zone en elle-même donne beaucoup de plaisir à certaines femmes. 

9. Comment la faire jouir ?

Tout d’abord, un rapport sexuel n’est pas un spectacle de cirque et son corps n’est pas fait pour booster votre ego. Vous devez l’aider à ressentir autant de plaisir que possible. Considérez l’orgasme comme un effet secondaire, si cela arrive. 

Assurez-vous qu’elle sait que ce n’est pas grave si elle ne veut pas ou si elle n’y parvient pas. Je travaille avec tellement de femmes qui ressentent une pression quand il s’agit d’atteindre l’orgasme. Ce n’est pas une bonne chose. 

Si elle est prête à expérimenter de nouvelles choses, la meilleure façon pour y parvenir est de stimuler son point G. Lorsqu’elle est sur le dos, insérez deux doigts en elle, la paume de votre main vers le haut. Pliez les doigts pour les frotter contre son point G. Le point G répond mieux à une pression ferme donc augmentez votre pression et demandez-lui de vous dire quand elle prend du plaisir. Vous pouvez aussi ajouter une stimulation clitoridienne externe.

 

Traduit par Mélanie Geffroy