Man Made
© capture écran du film Man Made

Le Festival du film d’Atlanta présentait cette année un film bouleversant sur quatre bodybuilder transgenres. Réalisé par T Cooper, auteur et activiste, Man Made est un voyage à travers la recherche de son identité.

T Cooper est connu depuis plus de 20 ans en tant que transgenre, mais surtout comme auteur à succès, journaliste et activiste. Dans Man Made, documentaire long métrage présenté la semaine dernière au Festival du film d’Atlanta, il fait un plongeon dans l’expérience transgenre de la femme à l’homme dans l’univers du bodybuilding. « Je crois que ce projet et d’autres semblables sont plus essentiels que jamais » explique t-il sur le site internet dédié au film. Au moment où l’Amérique vit une période politiquement difficile où les violences contre les transgenres augmente et que certains mouvements remettent en question leur droit d’exister. « Même si je ne suis pas bodybuilder, je sais ce que signifie que construire le corps et la vie que vous voulez. À certains égards, c’est aussi mon histoire. »

Présenté en avant-première, Man Made est un documentaire qui retrace le quotidien de quatre bodybuilder, un ensemble de voyages personnels sur le chemin de l’identité. À travers le regard de T Cooper, ces quatre hommes transgenres se préparent à une compétition de culturisme. Il y a Dominic, un jeune rappeur sur le point de subir une double mastectomie qui rend visite à sa mère biologique qui l’a abandonné. Mason, lui, est plus obsessionnel dans sa façon de sculpter son corps, dépressif et suicidaire. Rese, lui, vient de se faire expulser de chez sa mère. Sans domicile jusqu’à ce qu’il déménage avec ses grands-parents, il finit par s’installer à Baltimore avec un nouveau partenaire, trans également.

T Cooper trace les portraits intimes et singuliers de quatre âmes à la recherche de leur identité sexuelle, désireux de sculpter leur corps pour s’accepter. Produit par Téa Leoni, le film a remporté le prix du meilleur documentaire.