men in black
© 2019 Sony Pictures Entertainment

Chris Hemsworth et Tessa Thompson sont à l’affiche du spin-off de la trilogie originelle Men In Black. En lieu et place de Will Smith et Tommy Lee Jones, les 2 nouveaux héros se rendent coup pour coup dans ce nouveau volet distrayant mais décevant. 

Avec Tessa Thompson, Men in Black se féminise

La grande nouveauté dans ce Men in Black c’est l’apparition d’une Women in Black. Tessa Thompson, connue pour son rôle de Valkyrie dans Avengers Endgame, joue le rôle de l’Agent M. Son personnage a tout fait durant son adolescence pour trouver l’organisation Men in Black et y travailler. Lorsqu’elle réussi à localiser l’agence et à y entrer, elle va être associée à l’agent H, le meilleur atout de l’agence interprété par Chris Hemsworth. Les deux agents vont devoir faire face à une taupe au sein de l’organisation.

L’entraînement de 8 super-héros d’Avengers Endgame

L’actrice joue très bien son rôle de débutante confirmée (puisque son personnage s’est entrainée durant toute son enfance et est très intelligente), et le faite de voir une femme en costume noir donne un vrai vent de fraicheur à la saga. Chris Hemsworth est également assez bon, des blagues machos, un air très provocateur qui fait son charme mais… ne remplacera pas le jeu d’acteur de Will Smith.

men in black
©Sony Pictures Releasing France

Un manque de cohérence dans le scénario 

Le scénario du film est assez catastrophique. On ne comprend pas le but du film jusqu’à 45 minutes de la fin et de l’annonce d’une taupe dans l’organisation. On manque d’informations sur l’ennemi, la Ruche (même à la fin). On ne sait pas qui ils sont, ce qu’ils font sur terre. Les deux méchants de l’histoire, les Twins (si on peut appeler ça des méchants) ont des pouvoirs assez incertains et pas très identifiables.

Certains aspects de l’histoire sont très rapidement fermés (comme l’histoire de la Ruche et de la taupe) et ont très peu d’explications. Lorsque l’on sort de la séance, on se pose encore pleins de questions sur le scénario, beaucoup de choses ne concordent pas.

La taupe est également très facile à distinguer. Il n’y a pas d’effets de surprise (alors qu’on pensait que cela rendrait de l’élan au film) et cela rend la fin du film assez terne.

Un Liam Neeson égaré

liam neeson
©Sony Pictures Releasing France

On ne comprend pas vraiment le rôle de l’acteur dans la série. Lui qui est si aimé dans la trilogie de Taken vient garnir sa filmographie d’un Men in Black où il n’apparaît quasiment pas et il ne tient pas un rôle fait pour lui. Liam Neeson avait besoin d’un rôle d’homme en noir sur le terrain, et non pas d’un bureau en tant que chef de l’organisation, où il est cloitré.

Une diversité de paysage et de personnages

Il y a néanmoins quelques points positifs ! Les Men in Black se rendent dans plusieurs villes différentes (Paris, Londres, New York, Marrakech, Naples) ce qui rend le film assez vivant. La variété de plans, notamment dans les souks au Maroc ou encore sur l’île à côté de Naples, sont très bien exploités.

extraterrestre
©Sony Pictures Releasing France

Les personnages d’extraterrestres sont aussi très bien fait et apportent une vraie dynamique au film. Pawny, le petit extraterrestre qui vient en aide aux deux acteurs, est très drôle et très important pour le film. Vungus, le roi des Jababian, est lui aussi très amusant et bien réalisé.

La réalisation est aussi bien faite. Cela vaut le coup d’aller le voir en 3D puisque le réalisateur F Gary Gray a fait en sorte que le film soit spectaculaire avec des lunettes à effets spéciaux.

Note de la rédaction : 5/10. On est déçu de la tournure de Men in Black en grande partie à cause de son scénario. On donne néanmoins la moyenne grâce aux 2 très bons acteurs que sont Tessa Thompson et Chris Hemsworth, et aux points techniques comme les personnages ou les scènes de combat qui sont bien réalisées.