Porsche vs McLaren
© D.R

Et si 2019 était l’année où vous gagniez au loto ? Plus de problèmes d’argent, ni de taxes de carburant. Quelle supercar rejoindrait votre garage ? Vous hésitez ? Pour vous aider à choisir, nous avons testé deux véhicules hors du commun : l’exubérante Porsche GT2RS et la 720S, le missile raffiné de McLaren.

Par Driss Abdi

Porsche vs McLaren : duel à 700 chevaux !

Design

Dans la lignée des précédentes productions de McLaren, la 720S mise sur l’aérodynamique, et rien n’a été laissé au hasard. En témoignent les entrées d’air dans les feux avant et dans les portes, qui guident le flux jusqu’au capot arrière qui dissimule un aileron actif qui fait aussi office d’aérofrein. Et à l’instar des F1, un volet intégré dans la portière dirige le surplus d’air vers l’extérieur. De quoi littéralement coller la voiture à la route. À l’arrière, les deux sorties d’échappement intégrées au dessus du pare-chocs annoncent la couleur, tout comme leur sonorité, surtout en mode Track.

Chez Porsche, on reste en terrain connu. (Presque) plus classique, la GT2RS s’apparente à une 911 sous stéroïdes, surtout avec son énorme aileron arrière en carbone. La voiture mérite sans conteste sa place dans le prochain Fast & Furious avec ses entrées d’air démesurées, les écopes sur le capot. Pour le raffinement et la discrétion vous repasserez. En revanche cette GT2RS exulte la performance, surtout avec le pack Weissach qui permet de gagner 30 kg, avec des jantes en magnésium et une cellule de sécurité en titane. Une option à… 30 000 euros.

On préfère : la McLaren 720S

Confort

On ne va pas vous mentir, ce n’est pas dans une supercar que vous aurez envie de faire un Paris-Marseille. Quelques heures au volant vous feront presque regretter votre Clio. Collée au plus près du sol, la 720S demande un peu de souplesse pour monter à bord, mais bien moins que les autres modèles de la marque. En effet, les portes à élytres qui ajoutent au style, profitent d’une découpe intelligente pour ne plus avoir à jouer les contorsionnistes. La suspension pilotée filtre suffisamment les irrégularités et la belle anglaise se laisse facilement amadouer. Les commandes sont regroupées dans un système bien conçu et on hésite entre le son Bower & Wilkins et celui du moteur.

Chez Porsche, l’ambiance est beaucoup plus sportive. En témoignent les sièges baquets avec le harnais de sécurité rouge à 6 points, ou encore l’arceau de sécurité arrière boulonné sur la carrosserie. En revanche, points de poignées de porte à l’intérieur mais une simple sangle. La quête ultime du poids là encore mais difficile à avaler dans une voiture à plus de 300 000 euros. Et comme sa concurrente, la GT2RS se fait civilisée en agglomération, avec un système d’atténuation du bruit sourd de l’échappement et malgré une direction qui reste encore dure. Enfin, les technophiles pourront connecter leur smartphone avec CarPlay ou encore profiter d’un système audio Bose de 555 W.

On préfère : la McLaren 720S

Performances

Plus raffinée en apparence, la 720S devient une brute épaisse en activant le mode Track. Le tableau de bord se rabat alors pour ne plus afficher que le compte-tour, la vitesse et le rapport engagé. Le V8 biturbo 4,0 l de 720 ch vous écrase alors littéralement sur le siège avec 770 Nm de couple, et gare à bien tenir le volant : la McLaren change de visage, avec une conduite beaucoup plus physique et une accélération qui semble ne jamais finir.

La GT2RS n’a rien d’une supercar condamnée à errer dans les rues de Monaco ou de Dubai. Son terrain de jeu c’est la piste. Une vraie voiture de course donc, mais qu’on pourra conduire jusqu’au circuit plutôt que de la monter sur une remorque. Son 6 cylindres biturbo de 3,8 l développe 700 ch avec un couple monstrueux de 750 Nm sur les roues arrière directrices. Vitesse de pointe 340 km/h. Une minute d’inattention et dites adieu à votre permis…

On préfère : les deux !

Vainqueur : la McLaren 720S