Crédits : Ingimage

Parcourir des kilomètres avec des chaussures en piteux état ne fait pas que vous ralentir. Cela augmente aussi votre risque de blessures. Avant que vous dépensiez votre argent dans une nouvelle paire, lisez ces cinq conseils pour savoir si votre paire actuelle est bonne pour la poubelle ou s’il leur reste encore du potentiel.

La semelle est partie

L’un des buts principaux de vos runnings est de vous apporter de la puissance de traction, que vous soyez sur une route pavée ou sur un terrain technique et accidenté. Mais avec le temps, le caoutchouc de votre semelle extérieure (là où votre chaussure rencontre le sol du talon aux orteils) s’use, comme le caoutchouc de vos pneus. En fonction de l’endroit où vous courez, vous pouvez aussi user un endroit en particulier plus rapidement, comme l’intérieur de votre talon ou l’arrondi du pied.

Propriétaire d’un magasin de running à Miami, Bruce Wilk, explique : « Une petite éraflure n’est pas grave, mais si la semelle part et que votre semelle extérieure devient blanche, votre chaussure est en train de se déliter ».

Des semelles déséquilibrées peuvent légèrement altérer votre allure de course, causant éventuellement des blessures avec le temps.

L’absorption des chocs est morte

Pour voir une éventuelle détérioration, placez vos chaussures sur une table plate et étudiez-les de l’arrière. « Sur une surface plane, vos chaussures doivent être droites et régulières » explique Wilk. Un déséquilibre est donc la preuve que la mousse de votre semelle interne est détériorée. Si cela arrive, la semelle perd sa capacité à absorber la force de l’impact causé par les pas sur la route. Une chaussure extrêmement flexible peut aussi être un signe : si vous pouvez plier votre chaussure en joignant le devant au derrière, votre chaussure n’a plus de capacité d’absorption.

Une semelle détériorée peut déstabiliser le pied, rendant une blessure fort probable.

Les kilomètres s’additionnent

La durabilité d’une chaussure dépend de plusieurs facteurs, comme votre style de course et votre poids. Mais vos chaussures durent en général entre 300 miles (483 km) et 500 miles (805 km). Si vous courez par exemple plus de 100 km par mois, il est judicieux de changer de paires tous les 4 à 6 mois. Gardez donc les relevés de votre kilométrage en conservant la date à laquelle vous avez acheté votre paire, grâce à un outil d’entraînement ou tout simplement en le marquant sur la chaussure.

Elles parcourent du terrain accidenté

Parfois, une paire de running va développer des petits trous dans le « mesh » (le tissage), surtout si vous courez dehors, dans des conditions difficiles. En général, vous pouvez quand même continuer à vous en servir. Mais si le trou à tendance à s’agrandir, il est temps d’acheter une nouvelle paire. La chaussure aura l’air comme neuve mais des conditions comme des courses dans la boue et l’humidité qui laissent vos runnings humides vont détériorer tout la structure de vos chaussures plus rapidement si vous ne les entretenez pas après votre course.

Ces chaussures sont votre seule paire

Si vous ne les faites pas se reposer un ou deux jours par semaine, la mousse de la semelle du milieu n’a pas le temps de retourner à sa forme originelle. Ça ne signifie pas que vous devez arrêter de courir pendant ces jours de repos. Conservez vos runnings plus longtemps et faites plaisir à vos jambes en alternant entre deux types de baskets. Des chercheurs scandinaves ont déduit que les coureurs qui alternaient entre différents modèles de chaussures avaient 39% de risques de blessures en moins par rapport aux personnes ayant couru avec les mêmes chaussures pendant une période de 22 semaines.

PAR BRIAN DALEK / ADAPTATION PAR LC BOUTTIER