©iStock

Prenez soin de vos pieds !

Presque toujours enfermés dans des chaussures mal aérées ou non adaptées, éprouvés par le froid, le chaud, le frottement des chaussettes… vos pieds ont la vie rude. Et vos ongles aussi

S’il y a une partie de notre corps dont nous nous préoccupons peu, c’est bien nos pieds. Pourtant, ils sont LE lien entre le terrain et le sportif. Et interfèrent directement sur notre aplomb. Une mauvaise posture aura toujours tendance à localiser l’appui au même endroit, hyper sollicitant cette zone. Sans compter qu’avec le glissement du pied vers l’avant venant heurter le bout de la chaussure, les problèmes apparaissent. C’est pourquoi, pour la pratique sportive comme pour la marche, il est essentiel de prendre soin de ses pieds afin qu’ils ne deviennent pas douloureux et n’altèrent pas votre posture.

N’oubliez pas ! Vous faites en moyenne entre 5 000 et 6 000 pas par jour. Lorsque vous courez, vos membres inférieurs subissent trois à quatre fois votre poids à chaque réception. Optimisez leur bien-être, ils le valent bien.

Vous souffrez d’hyperhidrose ?

Avec 600 glandes sudoripares au centimètre carré sous la plante des pieds, nous avons une fâcheuse tendance à transpirer dans nos baskets. Et la chaussure crée elle-même un environnement chaud, fermé et extrêmement mal aéré. Le caoutchouc et les matières synthétiques favorisent la macération. Quoi qu’il en soit, il n’est vraiment pas recommandé de bloquer la transpiration. La lubrification de la peau, dans cette zone, ne peut se faire que par les glandes sudoripares.

Si vous êtes victimes d’hyperhidrose – une transpiration excessive – des pieds et des mains, vous pouvez atténuer le phénomène avec des traitements antitranspiration, en saupoudrant de talc et autres produits astringents l’intérieur de vos chaussures. Et, surtout, faites-les sécher après une séance !

Comment éviter les mycoses ?

Un milieu humide et chaud ne favorise pas uniquement la prolifération des bactéries responsables des mauvaises odeurs, mais aussi celle de champignons microscopiques tels que le trichophyton rubrum. Celui-ci s’attaque à la peau entre les espaces qui séparent les orteils et se manifeste par une inflammation, une desquamation, des démangeaisons et des fissures plus ou moins profondes. Le « pied d’athlète » est une mycose très répandue chez le sportif et les adeptes des baskets.

La solution ? Désinfectez la zone atteinte. Faites des bains de pieds avec un antiseptique et appliquez une pommade antimycosique (en pharmacie).

Vos ongles sont atteints ?

S’ils deviennent jaunes, épais et qu’ils dégagent une odeur désagréable, vous êtes atteint d’une mycose des ongles. On parle alors d’onychomycose.

Si l’ongle est peu touché, demandez à votre pharmacien un vernis traitant. Appliquez-le régulièrement. La matrice est atteinte ? D’autres ongles sont touchés ? La lésion est allée jusqu’à sa destruction ? Filez chez un podologue. Il vous prescrira un traitement oral de plusieurs mois.

Ils sont incarnés ?

Ce bobo apparaît lorsqu’un coin du rebord latéral de l’ongle pénètre dans la chair, provoquant une rougeur et un gonflement, des douleurs et parfois une infection. Il peut être dû à une mauvaise coupe qui ne respecte pas les angles, des chaussures trop étroites, une transpiration excessive…

Dès les premiers symptômes, prenez rendez-vous chez le pédicure. Il placera un petit appareillage visant à relever les bords de l’ongle. S’il persiste, une chirurgie peut s’imposer.

Vous avez un hématome sous-unguéal ?

Il est généralement dû à la répétition des traumatismes ou microtraumatismes. Il commence par le bord libre et s’étend progressivement jusqu’à la matrice. La couleur passe du rose au jaunâtre puis à l’orangé.

Faites tout pour le fixer sur son lit afin qu’il continue à être protégé. Consultez pour procéder à une perforation stérile de la base de l’ongle afin de vider l’hématome. L’arnica et l’huile d’hélichryse aident à la résorption de l’épanchement sanguin.

Il y a un décollement de l’ongle ?

Il s’agit d’une onycholyse traumatique qui fait généralement suite à un petit hématome sousunguéal partiel ou distal.

Que faire ? Coupez la zone décollée afin de soigner l’infection. Une fois la cause traitée, il repoussera avec une adhérence normale.

Clarisse Nénard