Réalité virtuelle Einstein
@iStock

Et si la réalité virtuelle vous plongeait dans la peau d’Einstein ? Des chercheurs ont proposé l’expérience à un groupe de 30 hommes pour analyser les modifications comportementales et cognitives qui s’opèrent. Et les résultats sur le cerveau sont absolument étonnants.

La réalité virtuelle au service du cerveau

Une expérience de réalité virtuelle a démontré qu’entrer dans la peau d’Albert Einstein pourrait aider les personnes en manque de confiance en elles. Ce procédé qui semble booster le cerveau est appelé « incarnation virtuelle ». La perception visuelle de soi dans le corps d’un autre aiderait à débloquer des ressources mentales inaccessibles avant expérience.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Dans un environnement virtuel immersif, les participants voient le reflet de ce nouveau corps qui réagit exactement à leurs mouvements. Ceci les aide à créer l’illusion que cette enveloppe est la leur. Des études antérieures ont prouvé que l’incarnation virtuelle a des effets étonnants sur les attitudes et le comportement. Des personnes blanches projetées virtuellement dans la peau de personnes s’avéraient moins enclines à stéréotyper les personnes à la peau plus sombre. Les chercheurs se sont donc demandé si l’incarnation d’une personne représentant une intelligence suprême comme Albert Einstein pouvait influencer les performances cérébrales.

L’incarnation virtuelle d’Einstein

Pour l’étude dans la peau d’Einstein, 30 sujets masculins ont été soumis -préalablement à l’incarnation virtuelle- à trois tests :

  • un test cognitif pour déterminer leurs capacités à résoudre des problèmes et à s’organiser
  • un second pour quantifier leur estime personnelle
  • un troisième pour définir leurs aprioris vis à vis des personnes plus âgées

Le but de l’expérience est de définir si l’incarnation d’une personne plus âgée peut modifier l’attitude des sujets envers les personnes plus âgées. Ils ont enfilé une combinaison équipée de capteurs et un casque de réalité virtuelle. La moitié des sujets incarnant virtuellement la peau d’Einstein et l’autre moitié, un corps adulte anonyme.

Après quelques exercices dans leur nouveau corps

Les sujets ont à nouveau effectué les trois tests de départ. Ces chercheurs ont alors remarqué que ceux ayant une estime personnelle basse améliorent leurs résultats dans le groupe d’incarnation virtuelle d’Einstein. Tandis que les personnes ayant incarné un anonyme de leur tranche d’âge stagnent. Les sujets ayant incarné le célèbre génie ont également vu baisser leurs préjugés vis à vis des personnes plus âgées. Mais encore plus important, les améliorations cognitives n’ont opéré que sur les personnes en manque d’estime de soi. L’hypothèse des chercheurs est que ces dernières ont le plus à gagner en changeant leur vision d’eux-même. Le fait d’incarner un scientifique intelligent et respecté a augmenté leur confiance en eux lors du second test cognitif.