© Cédric Jourdan

À seulement 30 ans, Cédric est un coach, professeur d’EPS et rédacteur d’articles. Spécialisé dans la musculation et le sport collectif, il débute dans le basket de haut niveau. Suite à une blessure importante, qui le contraint d’arrêter le basket, il se lance dans la musculation

Depuis combien de temps es-tu dans le fitness ?

Je suis dans le fitness depuis 5 ans et ça fait maintenant 7 ans que je suis professeur d’EPS. En tant que coach je m’occupe d’un public assez large, je travaille principalement avec des femmes d’une quarantaine d’années, des jeunes d’une vingtaine d’années, mais aussi des hommes de 60 ans.

Quelle est ta spécialité ?

Le fitness se concentre sur la perte de poids et la prise de muscle. Avec mes clients je fais beaucoup de perte de poids et quand je suis à la salle de musculation, c’est plutôt prise de muscle. C’est du 50/50. Je suis spécialisé dans la « musculation ».

© Cédric Jourdan
©Cédric Jourdan

Parle-nous de ta routine sportive ?

En général, je commence à m’entraîner aux alentours de 14 heures. J’aime bien m’entraîner l’après-midi, ça m’évite d’avoir un coup de mou qui suit le déjeuner. Je m’entraîne 5 jours pas semaine. Je passe 1h45 à la salle. Le lundi, je vais principalement travailler les pectoraux, les triceps et les abdominaux avec des poids. Le mardi je vais travailler le dos, les biceps, je vais faire du gainage pour travailler les abdos ainsi que du vacuum pour le transverse ventre plat. Le mercredi, je me concentre seulement sur les jambes, car ça demande beaucoup d’énergie. Le jeudi, je fais les épaules et trapèzes ainsi que les abdominaux, mais cette fois-ci sans charges et en série longue. Je fais des exercices d’abdos classiques comme du crunch. Le vendredi, c’est ce que j’appelle la séance bonus, du coup j’en profite pour refaire les bras (biceps/triceps), sinon je fais les gros muscles (pectoraux/dos) et ensuite je passe aux abdominaux avec charges. Je travaille les abdominaux 4 jours par semaine mais je fais en sorte de modifier les exercices pour bien travailler les muscles profonds…

Comment gères-tu ta récupération ?

Je travaille actuellement en série de 4×10, je fais des séries de 15 sur les poulies. Pour ma récup’, je prends 1,30 minute entre chaque exercice. Au niveau du programme, je me laisse 24 à 48 heures de repos entre chaque muscle. Si je travaille les pectoraux le lundi, je ne vais pas prendre le risque de les re-travailler le mardi. En général, je travaille chaque muscle une fois dans la semaine avec un petit rappel le vendredi.

Avoir un bon sommeil est une chose indispensable pour bien réussir sa récup’. Il faut aussi se créer un bon programme d’entraînement. Si le programme d’entraînement n’est pas bon, on aura beau prendre des compléments alimentaires, il n’y aura aucune évolution.

Pour résumer, l’idéal est de dormir 8 heures et d’avoir un bon programme d’entraînement qui permet à la fois de travailler les muscles mais aussi de récupérer. Que ce soit dans l’objectif de la prise de masse ou la perte de poids, le muscle se développe aussi au repos.

Bowlcake banane flocons d'avoine petites de chocolat ©Cedric Jourdan
Bowlcake banane flocons d’avoine petites de chocolat ©Cedric Jourdan

Quelles sont tes habitudes en matière de nutrition ?

Pour le petit déjeuner, je prends généralement des compléments alimentaires (oestrone) que j’accompagne de deux œufs entiers et une boisson végétale, du lait d’amande ou de soja avec des flocons d’avoine. Ça permet de prendre un petit déjeuner rapide et équilibré car j’ai ma dose de protéine, de lipide et de glucide. Parfois je prépare les petits-déjeuners la veille. J’en profite pour faire des smoothies, des pancakes ou encore du porridge.

Le midi, je mange du riz basmati pour les glucides, du poulet pour les protéines, avec un filet d’huile d’olive pour les lipides. Ce repas me donne l’énergie qu’il faut avant de débuter ma séance d’entraînement à la salle.

Le soir, je mange généralement des légumes (glucides), soit du poisson ou du poulet, l’idéal reste le poisson (protéines) avec un filet d’huile d’olive. Le soir je n’ai pas besoin de beaucoup de glucides car je vais me reposer.

Au niveau des collations, j’en prends une à 10 heures et une autre à 16 heures. Normalement je prends des fruits (banane, kiwi, pomme) et ensuite du blanc de dinde ou de poulet ou alors de la protéine en poudre. Ça revient moins cher que de toujours acheter son blanc de poulet tous les jours (rire).

C’est une nutrition simple, rapide mais qui est bonne pour la santé.

Les choses à bannir de son régime alimentaire ?

Il faut principalement éviter les aliments industriels, les plats préparés à mettre au micro-onde. Certes, c’est rapide, mais c’est bourré d’additifs, de sel et ça nous empêche de contrôler notre alimentation correctement.

Salade de quinoa aux crevettes ©Cédric Jourdan
Salade de quinoa aux crevettes ©Cédric Jourdan

Il vaut mieux anticiper ses repas et cuisiner avec des produits simples. Quand je ne suis pas chez moi le midi, je prends l’habitude de me préparer un déjeuner que je conserve dans un Tupperware®. J’adapte mon repas de la veille pour en avoir un peu plus pour le lendemain midi.

Ton régime alimentaire ne te semble pas trop routinier ?

Je varie grâce aux épices. Je tourne entre le poulet, la dinde, le poisson et la viande rouge (j’en mange une fois par semaine). De même avec les légumes (haricots verts, haricots blancs, de la ratatouille…). En gros avec six aliments, on arrive à faire une trentaine de plats. Le principal est de garder des aliments sains. Quand j’ai plus de temps, j’en profite pour réaliser des recettes plus élaborées, toujours aussi saines mais avec des produits que je ne mange pas tout le temps.

Un petit « plaisir coupable » ?

Avant d’aller dormir je prends du fromage blanc nature auquel j’ajoute un petit carré de chocolat. Autrement mon autre petit pêché mignon c’est des biscuits fourrés au chocolat à 16 heures. Il faut des petits plaisirs, c’est toujours bon pour le moral que l’on soit sportif ou pas (rire). Si le reste du temps l’alimentation est saine, il n’y a aucun mal à s’autoriser des petits écarts.

Est-ce que tu as déjà été tenté ?

Je ne dirais pas que j’ai craqué, mais ça m’arrive de temps en temps de me faire un fast-food. Le week-end dernier j’ai mangé une raclette. C’était mon petit plaisir du week-end (rire). Je me permets ce petit excès, car je sais que le reste du temps je suis un régime strict. Quand je vais au fast-food, j’y vais de bonne volonté (rire).

Te qualifier en quelques mots ?

Organisé… J’essaye de toujours anticiper, d’être organisé. Quand on prévoit les choses au dernier moment, on finit toujours pas sauter un entraînement ou un repas parce que l’on a pas le temps. Du coup je me définirais comme étant organisé. Rendez-vous, repas, entraînement, j’essaye toujours de prévoir les choses à l’avance, sans trop me prendre la tête bien entendu. L’anticipation est l’un des secrets pour tenir ses objectifs.

M.M