Beaucoup de personnes s’interrogent sur les bienfaits de la course, alors, sommes-nous vraiment faits pour courir ?

Il est fréquent de rencontrer des personnes qui affirment avoir essayé à de nombreuses reprises, en vain, de courir. Ces personnes finissent par s’interroger sur les bienfaits de la course à pied. Est-ce que finalement tous les être humains sont faits pour courir ? Est-ce que c’est un réel problème de ne pas y arriver ?

Les spécialistes n’aident pas vraiment à répondre à la question car, entre coaches, médecins et chercheurs, les avis s’opposent. Certains pensent que la course entraine blessures, maladies et déprime alors que d’autres affirment que c’est la clé de la santé et du bien-être. Alors qu’en pensez ?

Une question d’évolution !

En 2004, Daniel Lieberman, Professeur en biologie à Harvard, a publié un papier dans le fameux journal Nature, affirmant que l’Homme moderne avait évolué afin d’être capable de courir de longues distances. Courir et non marcher ! En effet, la survie de nos ancêtres dépendait de leur capacité à courir. L’article se base, par ailleurs, sur des observations anthropologiques intéressantes :

  • L’Homme a développé un fessier important qui l’aide à se stabiliser durant la course mais qui n’est pas d’une grande utilité pour la marche sur des surfaces plates.
  • Les ligaments dans la nuque aident à stabiliser la tête durant la course
  • Les tendons d’Achilles aident à générer de l’énergie et à absorber les chocs durant la course.
  • Le gros orteil et le petit orteil sont disposés de telle sorte que la course est plus efficace.

Le papier de Lieberman est donc sans équivoque, nous ne sommes pas seulement supposés courir, nous avons évolué pour courir, nous sommes faits pour courir ! Alors, pourquoi tout le monde ne court-il pas ?

Les méfaits de la civilisation.

Nous avons tous l’habitude de voir ces coureurs qui pratiquent leur sport pour leur plaisir et leur bien-être. Cependant, cette idée de courir pour la forme paraissait complètement bizarre pour la plupart des américains jusque dans les années 70. Certaines personnes s’arrêtaient même auprès des coureurs pour leur demander si ils avaient besoin qu’on les amène en voiture. Quand on remonte dans les civilisations occidentales, à Rome ou en Grèce, exercice signifiait marcher, chevaucher, faire de la gymnastique. La plus longue course des Jeux Olympiques originaux ne faisait qu’un peu plus de 5 km.

Ce n’est que vers la fin des années 60 que la course à pied a commencé à exploser avec la parution de plus en plus d’ouvrages et de reportages à ce sujet. Désormais, d’après une étude menée par la Fédération Française d’Athlétisme, nous serions plus de 8,5 millions à courir en France.

Une activité à risque.

Il est vrai que la course à pied amène son lot de petits bobos. Combien de coureurs réguliers ont dû, au moins une fois, faire face à une blessure ? De plus, les causes sont multiples à en croire les spécialistes. On se blesse parce que l’on est une femme, parce que l’on est un homme, parce que l’on est trop jeune, parce que l’on est trop vieux, parce que l’on est supinateur, parce que l’on est pronateur, parce que l’on s’entraîne trop, ou pas assez. La course à pied impose de fortes contraintes aux os, ce qui peut être problématique pour les personnes tentant de perdre du poids, pour qui ces contraintes seront accentuées.

Et donc ?

Quand on s’amuse à passer d’un extrême à un autre (en se focalisant sur les kenyans, par exemple, qui pourraient battre n’importe quel record avec uniquement quelques mois d’entraînement, et en les comparant à des gens comme vous et moi qui nous blessons à chaque foulée un peu mal anticipée), on finit par se dire que tous les hommes ne sont désormais plus égaux face à la course à pied. Sommes-nous faits pour courir ? La question est oui, cela est ancré dans notre code génétique, mais le souhaitons-nous réellement ? La société dans laquelle nous vivons aujourd’hui détermine les capacités de notre corps de demain. A chacun de faire les efforts nécessaires pour atteindre le but qu’il se fixe et ainsi, renforcer son épanouissement personnel.

Retrouvez nos derniers articles fitness :

Rejoignez-nous sur notre page Facebook : Men’s Health France, et suivez-nous sur notre Twitter @MensHealthFR