Taille des tétons
@iStock

Chez l’homme, la taille des tétons est relativement uniforme, ce qui n’est pas le cas chez les femmes. Et selon les chercheurs en biologie évolutionniste de l’Université de Queensland en Australie, ceci semble contredire les hypothèses de l’évolution biologique.

Taille des tétons : l’évolution biologique remise en cause

Un des objectifs majeur de la biologie évolutionniste est de comprendre si des caractéristiques spécifiques du corps se sont adaptées dans un but précis, ou si elles se sont simplement développées au hasard. La fonctionnalité de ces évolutions est également au cœur des recherches. Certains chercheurs évolutionnistes affirment la chose suivante : lorsque certaines spécificités biologiques présentent une faible variété de tailles, c’est qu’elles sont le résultat d’une sélection évolutive forte. Les caractéristiques qui ont une forte variété résulteraient donc d’une sélection évolutive faible. L’étude qui suit remet cette théorie en question.

63 paires de tétons à la loupe

63 étudiants ont participé à l’étude. Leurs tétons ont été mesurés ainsi que la circonférence de la poitrine. L’étude a pris en compte l’indice de masse corporelle de chaque sujet, ainsi que la température de la pièce dans laquelle les tests ont été effectués, entre autres paramètres.

L’équipe de chercheurs a défini que les tétons masculins font en moyenne 36% de la taille des tétons féminins. Mais la plus grosse différence est remarquable dans la zone du téton féminin, qui varie en terme de circonférence d’un sujet à un autre. Contrairement aux tétons masculins qui sont sensiblement similaires d’un individu à un autre.

Pourtant, de nombreuses études antérieures tendent à affirmer qu’une importante variation de caractéristiques indique un manque de fonctionnalité. Certaines études ont constaté les variations plus importantes de la taille des clitoris par rapports aux pénis. Ces études ont conclu que l’orgasme féminin est un sous-produit non fonctionnel de l’orgasme masculin. Conclusions mises à mal par cette étude, sachant que les tétons féminins ont une utilité incontestable dans l’allaitement. Tandis que ceux des hommes n’ont aucune utilité primordiale.