©iStock

Sur l’une de ses dernières tournées, Bruce Springsteen a chanté « Born to Run » comme une marche funèbre. Cela pourrait être l’hymne des coureurs qui collectionnent les kilomètres, les douleurs aux genoux, aux tendons et au dos. Pour Thomas Best, médecin et codirecteur du CHU de l’université de l’Ohio, « ce n’est pas une fatalité »

1 – Des fondations en bétons

Des pieds forts et des muscles stabilisateurs sont la condition sine qua non. Les deux exercices que propose Michael Smith, entraîneur à l’université du Kansas, vous aideront à éradiquer les déséquilibres avant la blessure.

Déroulez vos orteils. Ramassez une balle de golf avec vos orteils. Faites 3 séries de 10 reps si possible, mais arrêtez si vous ressentez une brûlure au niveau de la voûte plantaire. Entraînez-vous au bureau ou devant la télé.

Alphabet et équilibre. Pieds nus, tenez-vous sur un pied et levez l’autre à une trentaine de centimètres du sol. En faisant de grandes lettres, écrivez l’alphabet avec le pied qui se tient en l’air – en lettres de taille respectable.

2 – Gagnez en vitesse par la marche

Marchez de 30 secondes à 2 minutes par kilomètre et demi parcouru à la fin de votre footing. Vous épargnerez ainsi à vos muscles une fatigue supplémentaire d’après Jeff Galloway, ancien participant aux jeux Olympiques, auteur de « Running Until You’re 100 ». « Je vois souvent mes coureurs mettre au minimum 13 minutes de moins pour courir un marathon parce qu’ils sont beaucoup moins fatigués » , explique-t-il.

3 – Les tas de muscles n’ont pas toujours tort

Pour William Kraemer, médecin et professeur de kinésithérapie au laboratoire de performance humaine de l’université du Connecticut, courir brise les muscles : « Lever de la fonte régénère muscles et tendons, renforçant ainsi les articulations et les muscles » . Consacrez de 60 à 90 minutes réparties sur deux ou trois séances par semaine au renforcement musculaire pour contrebalancer l’effet destructeur de la course.

4 – Connais-toi toi-même

Analyser votre allure vous permettra de tuer dans l’œuf de nombreux petits problèmes. Roy Lidtke, chirurgien du pied qui enseigne à l’université de Des Moines (Iowa), vous conseille de vous rapprocher d’un CHU. S’il existe une étude à laquelle vous pouvez participer, vous apprendrez à coup sûr énormément en y prenant part.

Matt Allyn