Comme tout le monde, vous pensiez que les problèmes de circulation sanguine ne s’attaquaient qu’aux femmes. Raté. Heureusement, on vous dit tout ce qu’il faut savoir pour conserver des jambes au top. Par Jasmine Saunier

 

En France, un tiers des hommes âgés de 20 à 60 ans souffriraient d’insuffisance veineuse chronique, soit à peu près 3,7 millions d’individus. Ne vous croyez pas à l’abri sous prétexte que vous avez moins de 35 ans ! Les problèmes circulatoires peuvent commencer dès l’adolescence, mais rester ignorés pendant plusieurs années, car la maladie évolue discrètement.

« La plupart des hommes viennent nous consulter très tardivement, note le Dr Michèle Cazaubon, angiologue. Ils ne font pas attention aux premiers signes et viennent quand ils ont déjà mal. » Une erreur qui pourrait vous coûter cher, en santé comme en sex-appeal.

Suivez ces cinq règles, et ressortez le short sans complexe l’été prochain.

 

Observez vos jambes

Pieds froids, démangeaisons, crampes… Premiers signes d’une mauvaise circulation.

L’épreuve du dépistage est une étape cruciale pour prendre des mesures avant la case « varices ». Premiers signes d’une mauvaise circulation : des jambes lourdes à la fin de la journée, des pieds froids, des démangeaisons, des crampes, ou la marque des chaussettes sur vos mollets quand vous les retirez. Vous observez peut-être des varicosités sur vos jambes, des filaments rouges sans gravité. S’ils sont bleus, vous avez déjà des petites varices. Et si elles s’avèrent être en 3D, épaisses et dures, le symptôme est sérieux.

Comment est-ce arrivé ?

« Les varices sont des veines dilatées qui ont un problème de reflux : le sang ne coule plus dans son sens normal », explique le Dr Cazaubon. Notez qu’il doit tout de même parcourir à peu près 1,35 mètre des pieds jusqu’au coeur, luttant courageusement contre les effets de la gravité tel un saumon remontant la rivière. Pour l’aider, la nature a posé des clapets dans les veines, évitant au précieux liquide d’être tenté de redescendre au lieu de monter.

Malheureusement, beaucoup d’entre nous ont une petite fragilité à cet endroit. Les clapets peuvent s’abîmer et la veine s’élargir sous la pression. Le sang aura des difficultés à remonter et se mettra à refluer bêtement vers les pieds.

 

Combattez l’immobilité

« C’est une maladie de civilisation, qui est largement liée au mode de vie sédentaire »

Bien sûr, l’hérédité est une cause importante de l’insuffisance veineuse. Mais les facteurs environnementaux jouent un rôle prépondérant dans son déclenchement. « C’est une maladie de civilisation, qui est largement liée au mode de vie sédentaire », confirme le Dr Philippe Blanchemaison, angiologue.

Piétiner, rester assis pendant des heures, porter des charges lourdes… Certains spécialistes évaluent à 75 % l’influence de ces paramètres. La meilleure solution pour limiter la casse : bouger. Saisissez toutes les occasions pour faire quelques pas. Agitez les pieds, changez fréquemment de position et évitez de croiser les jambes.

Des exercices pour faciliter le retour veineux

Un bon exercice à faire après un temps d’immobilité : soulevez et étirez les jambes sous votre bureau. Faites quelques flexions-extensions des chevilles, puis serrez les cuisses. À recommencer trois ou quatre fois par jour. La contraction des muscles favorise le retour veineux. La nuit, vous pouvez aussi dormir en surélevant vos pieds. Pour cela, glissez simplement un coussin sous le bas du matelas.

 

Cultivez les bonnes habitudes

Une bonne circulation passe par une bonne alimentation

Le surpoids est un facteur aggravant des problèmes veineux, et une bonne circulation s’entretient aussi par une bonne alimentation. Les antioxydants ont un effet protecteur sur les vaisseaux sanguins. La vitamine E et le sélénium seraient particulièrement bénéfiques, mais aussi la vitamine C ou le bêtacarotène. Les fruits et légumes frais, les fruits secs ou l’huile d’olive sont donc particulièrement recommandés. « Les flavonoïdes, présents dans le raisin par exemple, ont des propriétés veinotoniques, explique le Dr Cazaubon. Ils activent la circulation retour et tonifient les parois veineuses. »

Le rôle des fibres est également essentiel, car un mauvais transit gène la circulation du sang.

Évitez les fortes chaleurs

Autre réflexe : évitez les sources de forte chaleur comme les bains trop chauds, le sauna, le hammam ou le chauffage par le sol. « C’est une question de mesure, rappelle le Dr Blanchemaison. Le sauna est mauvais pour les problèmes veineux, mais il peut être bon pour autre chose. On conseille donc de ne pas y rester plus de dix minutes d’affilée, de garder une position allongée plutôt que de s’asseoir, et de terminer par une douche froide. »

 

Renforcez vos muscles

Évitez les sports provoquant des à-coups

Il y a deux sortes de veines sur vos jambes : le système superficiel, sujet aux varices, et le système profond. Les deux sont reliés. Si les veines profondes se distendent, elles peuvent transmettre le problème aux veines superficielles.

L’étude « BedRest », menée par l’Agence spatiale européenne et le Centre national d’études spatiales, a démontré que les muscles jouent un rôle de contention pour le système veineux profond. Donc, pour une meilleure circulation, musclez-vous… mais pas n’importe comment.

Il faut éviter tous les sports qui provoquent des à-coups, comme le tennis ou le squash. L’haltérophilie n’est pas non plus conseillée, car retenir sa respiration force sur les veines. Les spécialistes recommandent les sports permettant des mouvements d’amplitude et qui rencontrent une certaine résistance, comme la course sur une terre meuble ou l’aquabiking.

Ainsi, au cours de la réalisation de l’étude BedRest, le Dr Blanchemaison a mis au point une série de mouvements, la gymnastique vasculaire active (article publié dans la revue Angéiologie en 2003). « Sachez que 80 % des veines des jambes sont tenues par les muscles, explique-t-il. Le plus important est de travailler sur les muscles posturaux. »

 

Ne laissez pas trainer

Dès les premiers signes, prenez rendez-vous chez un phlébologue

Quand elle s’aggrave, l’insuffisance veineuse peut devenir dangereuse (et très moche). Dès les premiers signes, prenez rendez-vous chez le phlébologue pour faire le point. « Le premier traitement est la compression, indique le Dr Blanchemaison. On la prescrira par exemple pour un cuisinier, qui passe sa journée à piétiner. »

Rassurez-vous, il existe aujourd’hui une large gamme de chaussettes de compression pour hommes qui ressemblent à des chaussettes normales. Portez-les aussi si vous ne pouvez pas renoncer au tennis ou aux haltères !

Le principe : comprimer la veine pour l’empêcher de prendre ses aises. Si vous avez déjà quelques varices, vous devrez peut-être passer par la sclérothérapie. Il s’agit alors pour le médecin d’injecter un produit qui force la veine à se rétracter. La technique n’est pas douloureuse et se pratique en cabinet.

Une procédure lourde exigeant une hospitalisation

« Pas envie… », « Pas le temps ! » : si vous avez laissé les choses s’aggraver, il se peut qu’il faille supprimer la veine malade. Aujourd’hui, la chirurgie, procédure lourde qui exige une hospitalisation et une anesthésie générale, est fréquemment remplacée par les techniques au laser ou les radiofréquences.

L’avantage : elles se font sous anesthésie locale et vous pouvez reprendre une vie normale au bout de deux jours. Le choix de la technique dépend du chirurgien. Si vous ne voulez pas en passer par là… relisez cet article depuis le début !