Essai Moto Guzzi V7 Spéciale

Modèle emblématique de Moto Guzzi, la V7 a connu en 2012 un sérieux coup de jeune, avec le renouvellement complet de sa gamme. Parmi les trois modèles proposés par la firme italienne (Speciale, Stone et Racer), c’est la Speciale, qui sert de base aux deux autres, que nous avons enfourchée.

Par Vincent Roussineau

Guzzi-V7-Special

Bellisima ! Faisons un peu le tour de la belle. Dans sa nouvelle robe deux tons (rouge et gris pour notre modèle), cette nouvelle V7 présente toujours aussi bien. Le nouveau réservoir métallique de 22 litres, la nouvelle finition de selle et les nouveaux clignotants s’intègrent parfaitement à ce modèle mythique. Montée sur ses deux jantes à rayons (chaussées de nouveaux Pirelli) et e

Encadrée par ses deux superbes échappements, la V7 montre que, du haut de ses 45 ans, elle est dans sa force de l’âge. Enfin, difficile de détailler l’esthétique de la Guzzi sans parler de son célèbre bicylindre en V, positionné face à la route, et qui vient épaissir sa fine silhouette. Un moteur de 744 cc qui a lui-aussi été repensé à 70%, tout comme la boîte de vitesses. Voilà pour les nouveautés. Maintenant, place à la route !

La force tranquille

Après avoir fait tourner le moteur quelques secondes (moto droite, pour que les cylindres travaillent à l’identique), il est temps de s’élancer. Du moins, une fois qu’on a réussi à enclencher la première, le sélecteur se montrant très capricieux à froid. Si cela n’est pas trop gênant lorsqu’on sort de son parking, on est un peu plus ennuyé quand on repart d’un feu. Qu’à cela ne tienne ! Un bon coup de talon plus tard, nous voilà partis… Et là, belle surprise, la V7 Speciale se révèle bien plus souple que prévu. Le nouveau moteur ne secoue pas trop à bas régime, et la moto se faufile aisément en ville, avec juste ce qu’il faut de reprise. Des avantages qui se transforment en défauts sur voie rapide. Avec ses 198 kg, la Speciale n’est pas « spécialement » rassurante sur autoroute, et on y regarde à deux fois avant de prendre des courbes un peu rapides, surtout quand le vent s’en mêle (ce qui était hélas le cas lors de notre essai). Aux autoroutes, on préfèrera donc les nationales ou les départementales, des terrains de jeux bien plus favorables à la V7.

Au final, cette V7 Special s’en tire tout de même avec les honneurs. Moto de balade, seul ou à deux, elle n’est pas une grande avaleuse de bitume, mais se montre de bonne compagnie sur les petites routes. Docile et moins chère que ses concurrentes (Bonneville et Kawa W800), elle s’adresse aux jeunes motards désireux de se faire la main sur un modèle culte et racé, ou aux nostalgiques des vieilles italiennes.

 

Fiche technique

 

Moteur : Bicylindre en V à 90°, refroidi par air

Cylindrée : 744 cc

Puissance : 50 ch à 6250 tr/min

Poids : 198 kg

Prix : 8199 euros

 

Les +

Son look

Sa maniabilité en ville

Son confort

 

Les –

Un peu « légère » sur autoroute

Un sélecteur capricieux à froid