Cinq millions. oui, vous avez bien entendu! Ce serait, selon le haut conseil de la santé publique, le nombre de français qui pourraient être victimes d’une perte auditive consécutive à un niveau sonore trop élevé ou une durée d’exposition trop longue. Tendez l’oreille, nous vous expliquons tout.

1. Bonnes vibes
il ne faut que quelques microsecondes à votre oreille externe pour capter le son ambiant. les ondes sonores empruntent alors le conduit auditif pour arriver jusqu’à votre tympan, une membrane fine et à forme conique qui vibre d’autant plus que le son est fort.

2. Ondes de choc
les vibrations du tympan mettent en branle trois petits os de l’oreille médiane, appelés « osselets », qui transmettent cette énergie mécanique à la cochlée, un organe creux rempli de liquide. les ondes sonores créent des vaguelettes qui viennent caresser les cellules sensorielles de la cochlée : les cellules ciliées (qui sont entre 10000 et 20000). mais si vous vous offrez une orgie sonore, cette houle peut vite se transformer en cinquantièmes hurlants…

3. De l’électricité dans l’air
les cellules sensorielles transforment le mouvement de leurs cils en impulsion électrique, qui induit la sécrétion d’un neurotransmetteur chimique. en parvenant aux fibres nerveuses avoisinantes, celui-ci déclenche une série de pics électriques transmis au cortex auditif, où ils seront enregistrés et interprétés comme sons.

4. Court-circuit
si les cellules ciliées sont soumises à un volume sonore excessif, un barrage chimique finit par se former et par engorger les fibres nerveuses avoisinantes. Certaines cellules ciliées n’ont alors nulle part où transmettre leur signal, alors que d’autres s’épuisent et meurent. la vitesse de ce processus de détérioration dépend de la charge sonore que vous avez infligée à vos oreilles.

5. Qu’est-ce qui cloche? J’entends des voix…
Le cerveau a cela de génial que, s’il ne reçoit pas l’influx qu’il attend des fibres nerveuses, il fera lui-même monter le son en produisant des signaux nerveux anormaux. Le biiiiiiiip strident que vous entendez à la sortie d’un concert de mötorhead, c’est le son de votre oreille qui se meurt.