Certes, levure et fermentation sont la base de notre sainte Trinité culinaire : pain, vin, fromage. Mais ce n’est pas une raison pour laisser la moisissure transformer votre maison en gruyère et ruiner votre capital santé.

VOUS PENSEZ QU’IL N’Y A RIEN DE PIRE QUE D’AVOIR À SUBIR LA PRÉSENCE DE VOTRE FAMILLE POUR LES FÊTES ? Vous vous trompez! Cet hiver, c’est un autre type d’organisme parasitaire qui pourrait venir à bout de votre santé. Sans que vous le sachiez, des colonies de microchampignons pourraient sournoisement élire domicile dans votre cuisine, votre salle de bains ou même votre chambre à coucher et squatter durablement votre sous-sol. Des moisissures domestiques dont les spores peuvent se révéler extrêmement toxiques, aggraver votre asthme ou augmenter les risques d’allergies et de pathologies respiratoires. N’attendez pas le printemps pour faire votre grand ménage et chasser ces invités indésirables ! Ouf, on respire !

1. L’éponge

Selon NSF International, qui développe des normes en matière de santé publique, votre éponge concentrerait 320 millions de microbes par gramme. Un nettoyage contre-productif donc, puisqu’il disséminerait plus d’agents pathogènes qu’il n’en éliminerait. De quoi presque jeter l’éponge…

LE GRAND MÉNAGE – Faites-la tremper tous les jours dans de l’eau de Javel pendant 1 minute ou passez-la au lave-vaisselle . Chacune de ces méthodes éliminerait jusqu’à 99,9 % des moisissures.

2. Le compartiment à légumes

Les girolles et les cèpes ne sont pas les seuls champignons présents dans votre réfrigérateur. Humidité et nourriture sont le terrain favori des moisissures et des bactéries à l’origine d’un large spectre de maladies alimentaires.

LE GRAND MÉNAGE – Lavez votre frigo avec un produit détergent. Puis, dissolvez une à deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude dans un quart de litre d’eau chaude afin de réduire à néant le biofilm restant (la couche de micro-organismes, comme les bactéries ou les champignons).

3. La machine à café

Comment aimez-vous votre café? Noir, au lait ou fermenté? Dans une étude conduite par NSF International, une machine à café sur deux a été testée positive aux moisissures et levures.

LE GRAND MÉNAGE – Une fois par mois, remplissez le réservoir d’eau et ajoutez-y deux pastilles détergentes. Le peroxyde et la Javel contenus dans de telles tablettes sont d’une efficacité redoutable contre le biofilm.

4. Le rideau de douche

C’est sur les surfaces humides de votre salle de bains que l’aureobasidium pullulans se la coule douce. Or une étude publiée dans la revue américaine Annals of Allergy, Asthma & Immunology a établi le lien entre cette souche infectieuse et la hausse de la gravité des cas d’asthme.

LE GRAND MÉNAGE – Faites tourner votre rideau en machine. Sélectionnez un cycle délicat et mettez dans le bac une demi-dose d’eau de Javel, un quart de dose de détergent et deux serviettes pour absorber la crasse. Enfin, pensez à bien ventiler votre salle de bains après chaque utilisation.

5. L’humidificateur

Si votre environnement intérieur est trop sec, cet appareil est un vrai don du ciel. Mais un cadeau qui peut aussi se révéler empoisonné. En favorisant la multiplication des moisissures, il peut être à l’origine de la dissémination de spores pathogènes.

LE GRAND MÉNAGE – Récurez tous les trois jours chacune des parties de l’humidificateur avec une solution d’eau chaude concentrée à 3 % de peroxyde d’hydrogène. Sinon, préférez un vaporisateur qui, toujours selon l’EPA, émettrait moins de spores que les humidificateurs ultrasoniques ou centrifuges.

6. L’aspirateur

Les sacs d’aspirateur sont de vrais nids à moisissures. Une étude parue dans la revue Applied and Environmental Microbiology a montré que 46 % des aspirateurs soumis à des tests rejetaient dans l’air des spores de moisissures, notamment l’aspergillus, hautement toxique pour les poumons.

LE GRAND MÉNAGE – Utilisez un aspirateur avec un filtre HEPA, qui emprisonne 99 % des particules allergènes et toxiques. Évitez à tout prix d’utiliser un aspirateur sec/ humide qui ne ferait qu’aggraver le problème.

7. La brosse à dents

C’est bien cachée au milieu des poils de brosse qu’évolue, tranquille, la bactérie serratia marcescens. Alors réfléchissez-y à deux fois avant d’utiliser une brosse à dents souillée, vous risqueriez de développer quantité de maladies, allant de la simple sinusite à l’infection respiratoire ou même à la septicémie.

LE GRAND MÉNAGE – Une fois par semaine, trempez votre brosse à dents une minute dans de l’eau oxygénée. Puis rincez-la et rangez-la à l’abri de l’humidité. Vous pouvez aussi la passer au lave-vaisselle.

8. Sous l’évier 

Une fuite, et c’est le stachybotrys chartarum qui squatte sous l’évier. Ce microchampignon noir verdâtre se développe à la moindre trace d’humidité et se délecte de particules de poussière et de matériaux de construction, comme l’aggloméré.

LE GRAND MÉNAGE – Réparez la fuite, puis vaporisez sur les tâches une solution diluée à un seizième de Javel. Laissez agir une heure et brossez. Laissez sécher et maintenez au sec, en utilisant, au besoin, des cristaux hygroscopiques pour emprisonner l’humidité restante.

9. Le sous-sol ou la cave

Vous pouvez être sûr que quelque chose de louche se trame là en bas. Les sous-sols et les caves, sujets aux inondations et peu ventilés, voient souvent sol et murs se couvrir de moisissures blanches et noires.

LE GRAND MÉNAGE – Brossez les taches en utilisant du détergent. Si la détérioration est trop étendue, faites appel à une compagnie spécialisée dans l’assainissement des maisons. Elle effectuera un diagnostic précis des dégâts et procédera au nettoyage qui convient à chaque type de moisissures.