fat

Arrêtez de compter les calories, Apprenez à booster votre métabolisme et transformez votre corps en une véritable machine à brûler les graisses

Pour la plupart des chercheurs spécialistes de l’obésité, une assiette de nourriture représente avant tout un mélange de macronutriments – des glucides, des protéines, des lipides. pas pour le docteur randy seeley, professeur d’endocrinologie à l’université de cincinnati et directeur du diabetes and obesity center de la ville, une institution dévouée à la recherche contre l’obésité et le diabète. pour lui, il s’agit d’un cocktail d’hormones.
« La nourriture représente bien plus que de simples calories, explique-t-il. Elle peut aussi agir comme une hormone en provoquant des changements génétiques déclencheurs de réactions dans le corps tout entier.»
Ces réactions peuvent à leur tour entraîner des variations métaboliques qui auront un impact sur la combustion et le stockage des graisses. dans un article récemment publié dans la revue Science, seeley explique d’ailleurs quelques-unes de ces réactions en chaîne, qui peuvent être déclenchées par certains acides aminés, graisses et fibres. selon lui, la question principale reste la suivante : « Quel est ce phénomène provoqué à l’intérieur de notre corps par les différents aliments que nous ingérons qui, en plus de nous fournir de l’énergie, fait qu’un déficit en calories entraîne la perte ou non de poids ? »
Les omégas 3 sont un bon exemple de la façon dont la nourriture peut agir comme une hormone. « Ils sont un anti-inflammatoire naturel qui provoque l’activation d’un récepteur cellulaire baptisé GPR120.» Un taux réduit de gpr120 se traduira par des inflammations, une prise de poids et une mauvaise régulation du taux de sucre dans le sang. raison de plus pour manger deux fois par semaine des poissons d’eau froide tels que le saumon, dont les effets bénéfiques sur le coeur et le cerveau ne sont plus à prouver, voire de prendre des omégas 3 en complément alimentaire chaque jour.
Si les scientifiques n’ont pas encore totalement planifié leur contre-attaque génétique à l’effet de certains aliments sur notre corps, ce n’est pas une raison pour attendre les bras croisés. il est temps de pirater votre métabolisme. préparez-vous à perdre vos kilos en trop, et pour de bon.

Des protéines au petit Déjeuner
Les protéines sont connues pour leur rôle dans le développement musculaire, mais c’est dans leur impact sur les hormones qui régulent la perte de poids que pourrait résider leur véritable potentiel. une étude publiée dans la revue Nutrition & Metabolism nous apprend que les personnes ayant consommé une dose de 10 grammes de protéines de petit-lait avant chaque petit déjeuner et dîner pendant douze semaines ont perdu davantage de graisses que ceux ayant avalé un mélange présentant le même nombre de calories mais moins de protéines. et la différence est loin d’être minime, puisque la perte de masse graisseuse des premiers s’élève à 73 % de plus que celle des seconds. comment ça marche ?
Les protéines ingérées à jeun agissent sur les hormones responsables de la sensation de satiété avant même que vous n’ayez commencé le petit déjeuner. encore mieux, la présence d’acides aminés essentiels assure une synthèse optimale des protéines à chaque repas. Ainsi, vous conservez vos muscles, qui consomment plus de calories que de lipides, et facilitez la perte de poids.
À vous de jouer : chaque jour, mélangez 10 grammes de concentré de protéines de petit-lait dans de l’eau. consommez le liquide obtenu en deux fois avant un repas.

La biochimie, un jeu D’enfant
Aucun scientifique ne peut encore vous prescrire un régime en fonction de votre Adn, mais ils en savent assez pour vous aider à faire les meilleurs choix alimentaires en accord avec votre métabolisme. ce qui se traduirait par une perte de poids jusqu’à quatre fois plus rapide qu’avec un régime normal. une étude récente, menée par les équipes de la faculté de médecine de l’université stanford, a montré que les personnes concernées par l’insulinorésistance (un trouble qui se définit par une mauvaise assimilation des glucides et qui touche près de 20 % de la population dans les pays industrialisés) avaient plus de difficultés à suivre un régime riche en glucides et pauvres en lipides qu’un régime très pauvre en glucides.
« Une rupture physiologique se produit parfois chez les personnes insulinorésistantes suivant un régime riche en glucides et pauvre en lipides, explique l’auteur principal de l’étude. Ils arrêtent tout simplement le régime. » pourtant, respecter à la lettre le régime prescrit est primordial si l’on veut perdre du poids.
À vous de jouer : Retrouvez votre dernier bilan lipidique. si le ratio triglycérides/ hdl-cholestérol (le « bon » cholestérol) est supérieur à trois (ce qui pourrait être révélateur d’une insulinorésistance), faites en sorte de réduire les glucides et d’augmenter votre consommation de protéines et de lipides. si le ratio est inférieur à trois, vous pouvez manger davantage de glucides et moins de lipides, tant que vous atteignez vos propres objectifs minceur.

MuscLez-vous en Dormant
on a tendance à croire que manger après une certaine heure favorise la prise de poids. faux, d’après le dr luc van loon, professeur de physiologie de l’exercice à l’université de Maastricht. ses recherches ont démontré que l’absorption et la digestion des protéines fonctionnent parfaitement même durant le sommeil. dans le cadre d’une étude publiée dans la revue Medicine & Science in Sports & Exercise, van loon a fait boire à plusieurs personnes tard dans la nuit une boisson protéinée riche en caséine. Au petit matin, il a observé une augmentation de 22 % de la synthèse protéique, même pendant le sommeil. il a également noté un meilleur équilibre protéique dans le corps tout entier, ce qui signifie que vos muscles ont la matière première nécessaire pour se développer dans les meilleures conditions.une expérience qui suggère que le sommeil pourrait se révéler un état physiologique optimal pour la croissance des muscles.
À vous de jouer : les chercheurs utilisent généralement la protéine de caséine mais, selon van loon, la caséine, la protéine de petit-lait ou un mélange des deux font tout aussi bien l’affaire. en avalant vos protéines (entre 30 et 40 grammes) au coucher, leur effet sera maximal et vous vous réveillerez véritablement reposé et en forme. essayez l’en-cas énergétique suivant : mixez une tasse pleine aux trois quarts de cottage cheese avec une cuillère à soupe de beurre de cacahuète et une mesure de protéines en poudre goût chocolat.