homme handicapé le plus fort
©Instagram

Voici l’histoire de Martin Tye, passé de l’armée en 2009, à l’Homme Handicapé le plus fort du Monde en 2018.

Interview de l’Homme handicapé le plus fort du monde

Martin, qui a remporté le concours de l’Homme Handicapé le plus fort du monde en 2018, est en fauteuil roulant en raison de blessures qu’il a subies en 2009 alors qu’il servait pour l’armée Britannique. Au cours d’une mission à Kaboul, en Afghanistan, un kamikaze a percuté son véhicule et a fait exploser une bombe de 226kg à côté de lui.

Parmi ses blessures, mentionnons de graves lésions nerveuses, des blessures par explosion aux poumons, des blessures bilatérales au genou, des lésions par éclats d’obus sur tout le corps, une surdité partielle, des brûlures au corps et au visage, et un traumatisme cérébral léger. Sa clavicule a également été brisée, et il a subi des déchirures et des ruptures musculaires plus petites à la suite de l’explosion. On l’a ramené à la vie avec un appareil de réanimation et il a dû être réanimé en cours de route après avoir subi un arrêt cardiaque.

Tye n’a pas été paralysé par l’explosion, il peut encore marcher quelques mètres à la fois, mais il ne sent plus ses jambes et souffre d’une douleur intense et de lésions nerveuses qui l’ont laissé en fauteuil roulant. Et ses blessures étaient aussi éprouvantes mentalement que physiquement. « L’incident m’a fait perdre toute confiance en moi, m’a renfermé et je ne voulais plus interagir avec les gens « , dit-il. « Mon expérience militaire m’a aidé à surmonter mes problèmes mentaux et à affronter le monde de front. »

homme handicapé muslcé
©Muscleandfitness

Tye a été libéré de l’armée britannique en 2011 et il lui a fallu un certain temps pour reprendre l’entraînement. Ses blessures présentaient de sérieux obstacles et il a dû trouver des moyens de les contourner.

« Mon entraînement a recommencé en 2014, où les progrès ont été lents à démarrer. Mais une fois que j’ai repris le contact, j’ai rapidement repris l’entraînement plusieurs heures par jour « , dit Tye. Il attribue les progrès qu’il a réalisés à Headley Court, un centre de réadaptation médicale pour les forces armées britanniques, qui l’a initié à l’athlétisme après  sa blessure.

Une fois de retour à la salle, il n’a jamais arrêté. Le sport est devenu un moyen pour Tye de travailler avec ses démons, et il a depuis participé à plusieurs reprises aux Invictus Games, un événement multisports créé par le prince Harry. En 2018, il a remporté la médaille d’or en aviron intérieur et en haltérophilie. Il a également remporté le concours  » L’homme handicapé le plus fort du monde  » en 2018. Il a établi un record à 520kg au soulevé de terre assis pendant la compétition, battant le record du monde de 500 kg qu’il avait établi un mois auparavant.

L’objectif à long terme de Tye est d’atteindre les 550 kg. A court terme, il veut juste s’entraîner dur et ne pas se blesser. Il va sans dire qu’il a dû s’entraîner comme une bête pour réussir dans les différents sports auxquels il participe.

« Tout au long de ma carrière sportive professionnelle, j’ai dû apprendre à reconsidérer mon programme d’entraînement « , explique Tye. « Je m’entraînais à ramer cinq fois par semaine le matin et cinq fois par semaine l’après-midi pour l’entraînement de force. » Il mangeait aussi plus qu’un athlète d’endurance typique, mais il devait absorber suffisamment de calories pour faire de son mieux chez les « Strongman ».

Tye n’a pas d’entraîneur, mais il s’entraîne deux ou trois heures par jour, cinq jours par semaine, en décomposant son entraînement en groupes musculaires individuels. Il adapte chaque exercice autour de ses handicaps. Son mouvement préféré étant le développé couché.

« Le sport a eu un impact positif sur ma vie depuis ma blessure. « Avant le sport, je ne me concentrais que sur mes faiblesses. Cependant, les Invictus Games et le concours de l’Homme handicapé le plus fort m’ont appris à me concentrer sur mes forces et à dépasser mes limites. »

Avec des prouesses comme les 520 kg effectués, ce sera excitant de voir ce qu’il peut faire d’autre. Son succès témoigne de la force d’une attitude positive, et il est la preuve vivante que les personnes handicapées ne sont pas moins fortes.

« Nous sommes peut-être handicapés, mais nous sommes tout aussi forts, dit Tye. « Le handicap n’a pas de limite et tu peux te pousser aussi fort que ton corps le permet. »