iStock

Il est plus facile de penser que certaines personnes détestent le sport que l’inverse. La bigorexie prouve le contraire. 10% des sportifs (pro ou du dimanche) sont bigorexiques, c’est à dire qu’elles exercent une pratique abusive de leurs sports.

La Bigorexie : cette étrange maladie

Cette addiction, considérée aussi sérieuse que celle de l’alcool ou du tabac, est l’anorexie inversée. Le sport, pratiqué à l’excès, provoque des troubles psychologiques et physiques.

Causes :

  • Vouloir le corps parfait. On appelle cela aussi le complexe d’Adonis. Le sport est, pour ceux qu’ils subissent, souvent très excessif et une manière d’augmenter son estime de soi. Bon nombres de pratiquants de musculation ont une vision déformée de la réalité et estiment que leur corps, bien que plus impressionnant que celui de 90% de la population, n’est pas assez musclé.
  • La pression culturelle. Beaucoup des séries, films et autres magazines sont maintenant truffés d’hommes et de femmes avec une très bonne conditions physiques (super-héros par exemple). Les adolescents en pleine croissance sont de plus en plus sensibles à leurs images, ce qui peut provoquer des syndromes de bigorexie.
  • D’ordre psychologique. Le sport est un moyen pour certains de soulager leurs stress ou leur anxiété. Mais un excès de sport peut entrainer des troubles psychologiques.

Que faire si on est touché par la bigorexie ? 

Il faut déjà se rendre compte soi-même que l’on est atteint de cette addiction, et ce n’est pas si simple. Si votre entourage vous rabâche de calmer un peu le sport, peut-être qu’ils faut les écouter et aller consulter un médecin. Les professionnels du médical seront les plus aptes à répondre à vos questions sur ce sujet. C’est également très compliqué de diagnostiquer quel sport peut être le plus impacté par cette addiction, mais la musculation, l’aviron, le triathlon ou encore le cyclisme sont des pratiques qui demandent beaucoup d’entrainement, et donc peut quelques fois provoquer des entrainements trop intensifs.

aviron
Libre de Droit – Pixabay

En 2015, le youtubeur TiboInshape en avait déjà parlé dans une vidéo, et en 2018, c’est l’ancien footballeur Bixente Lizarazu qui l’a déclaré à la radio. Il a cependant affirmé que tout allait très bien pour lui, et qu’il préférait être atteint de cette addiction que d’autre chose bien plus grave.