Plus fort que le recyclage ? L’upcycling, un concept 100 % récup qui attire de plus en plus de consommateurs, séduits par son aspect écologique, responsable et ultra-original.

ETIQUETTES DE JEANS, CHAMBRES À AIR ET TISSUS AUTOMOBILES renaissent désormais entre les mains astucieuses de créateurs, déterminés à leur offrir une seconde vie. Objectif : zapper la case poubelle pour imaginer, réutiliser, métamorphoser, tout en préservant la planète. Inutile de fabriquer plus : on récupère ! Plus qu’une philosophie, l’upcycling s’est imposé comme un véritable mode de vie pour le fondateur de la marque Marron Rouge, Jean- Marc Attia : «Passionné de recyclage depuis tout petit, je ne cesse de rechercher de nouveaux déchets qui pourraient être réutilisables. J’essaie de dénicher des matériaux auxquels on ne penserait pas forcément, pour fabriquer un sac, un portefeuille ou une housse d’ordinateur. »
Une démarche aussi écologique qu’éthique, car bon nombre de marques ou de sites Internet travaillent en relation avec des ONG implantées dans des pays en voie de développement.
Un procédé qui peut sensibiliser, mais qui ne fait pas tout, selon Jean-Marc Attia : « On achète d’abord un article parce qu’il nous plaît. Mais quand, en plus, on constate qu’il est réalisé à partir de ceintures de sécurité, un matériau très solide, c’est comme une cerise sur le gâteau. » Car le voilà peut-être, le vrai p’tit plus. Le côté unique et décalé d’un objet, presque ludique. Et qui raconte une histoire… Craquer pour un sac dont la matière première peut avoir traversé l’Atlantique (voile de bateau de course), avoir été endossée par de grands champions (maillot de foot), ou avoir sauvé des vies (lance à incendie) n’a pas la même saveur qu’un modèle fabriqué en série et de façon industrielle. De quoi justifier des prix qui ont parfois tendance à s’envoler… mais qui ne sauraient décourager, tant le concept continue de grappiller du terrain partout dans le monde.