Marathon de boston
©iStock

Le marathon de Boston est le plus vieux marathon du monde, une course mythique qui méritait bien un petit coup de projecteur.

Les écoles, ainsi que de nombreux bureaux, sont fermées le lundi du marathon – qui a toujours lieu lors du Patriots Day, un jour férié. Des centaines de milliers de personnes inondent les rues pour soutenir les quelques 30 000 coureurs venus parcourir les 42 km de Hopkinton à Boylston Street. Cette course historique et emblématique est souvent considérée comme l’un des parcours les plus difficiles. C’est pourquoi lorsqu’il s’agit du premier marathon de Boston, il vaut mieux être préparé.

Même si vous avez bouclé tout votre entrainement aux petits oignons (aucune course de dernière minute n’améliorera votre condition physique à ce stade), vous pouvez adopter certaines stratégies pour le marathon et éviter les erreurs de débutant qui risqueraient de vous pénaliser. Pour Men’s Fitness, certains experts du marathon de Boston partagent leurs idées sur ce que tous les débutants doivent savoir pour courir leur meilleur marathon.

Le weekend avant la course

Votre entraînement est terminé, la ligne de départ est pratiquement en vue, que pouvez vous bien faire de plus?

« La veille ou l’avant-veille du marathon, les participants devraient se contenter de rester au repos et se détendre « , selon Michael McGrane, entraîneur du club de course à pied de la Boston Athletic Association. Pour info, il a couru 17 fois le marathon de Boston. « Travailler certains muscles courbaturés et faire du rouleau de massage et des étirements est une bonne idée, mais évitez tout ce qui peut causer des douleurs musculaires ou de la déshydratation. Rester bien hydraté (boire beaucoup d’eau, éviter l’alcool, manger léger) peut aussi vous aider à vous sentir mentalement et physiquement prêt à partir », note-t-il.
« Si vous voulez courir, un jogging de quatre à cinq kilomètres le samedi ou le dimanche suivi d’un léger étirement peut aussi être bénéfique », dit Ian Nurse, chiropraticien de l’équipe de John Hancock Invited Elite Runners du marathon de Boston et propriétaire de Wellness in Motion Boston.

Eviter les pièges du marathon de Boston

« La meilleure façon pour un participant officiel de se rendre à Hopkinton, où a lieu le départ de la course est de prendre nos autobus officiels de la rue Charles jusqu’à l’école secondaire Hopkinton « , explique Dave McGillivray, directeur de course du marathon de Boston. Les bus partent à partir de 6h15 jusqu’à 9h55. « En raison du départ tardif de la course, vous avez largement le temps de prendre un petit déjeuner normal avant de vous rendre sur la ligne de départ ».

Marathon_Boston_2
© Muscle & Fitness

Vous connaissez peut-être Boston pour ses collines (notamment Heartbreak Hill). Mais ceux qui ont couru le parcours de nombreuses fois savent que ce sont les descente qui peuvent éjecter les coureurs – pas les montées. « Les 6 ou 7 premiers kilomètres de Boston sont surtout des descentes et peuvent vous vous donner envie de courir plus vite que vous ne devriez aussi tôt dans la course « , dit McGillivray. C’est pourquoi il vaut mieux commencer lentement.

Il ne faut pas chercher non plus à doubler d’autres coureurs en se faufilant dès le début. « Cela peut constituer un gaspillage d’énergie, et ajouter de la distance aux 42 kilomètres « , d’après M. McGrane.
Sa suggestion : Soyez patient dans les premiers 10 km et restez avec les coureurs dans votre couloir assigné. « Comme la route s’élargit et les allures changent pendant la course, les coureurs qui ont réservé leur énergie dans la première moitié du marathon ont tendance à courir plus fort dans les Newton Hills et à souvent finir mieux ».

Ne paniquez pas à l’approche de Heartbreak Hill. « Heartbreak Hill n’est pas si raide, mais la colline arrive à un moment de la course où courir sur une fourmilière est peut-être trop demander « , explique Jacqueline Hansen, championne de Boston en 1973.

Profitez d’une foule en délire

Du Scream Tunnel de Wellesley à Newton Hills, la foule du marathon de Boston fait partie de ce qui rend la course si spéciale. Et même si le fait d’être acclamé par des centaines de personnes vous fait passer 1 kilomètre comme un 100 mètres, il faut faire attention de ne pas s’emballer et de courir plus vite qu’il ne faudrait.

Certains lundis du marathon, il pleut et il fait froid ; d’autres, il fait chaud et ensoleillé. On ne sait jamais ce qu’on aura en avril à Boston.
« J’ai appris à accepter le temps qu’il fait le jour du marathon et à ajuster objectif de temps en fonction de mon expérience « , raconte McGrane.
S’il fait 70 degrés, par exemple ? Il recule de 15 à 30 secondes par kilomètres et se concentre sur le plaisir. Comme il le dit : « Il y a toujours un autre marathon de Boston en avril prochain. »