©iStock

Manger sans crainte

Pour les hommes qui font attention à leur ligne, les plats ultra chargés en calories, en graisses et en aliments transformés – riches en glucides – qui rythment souvent les repas de famille sont une véritable épreuve pour la volonté. Voici comment gérer la situation intelligemment pour en sortir indemne

Pas la peine d’enchaîner 150 wall balls ou de vous lancer dans un Ironman, il suffit de ne pas vous jeter sur la purée de pommes de terre à la crème de belle-maman, sur les fromages riches ou encore sur les tartes et autres cookies tout juste sortis du four, qui mettent la volonté à rude épreuve. Nous vous avons à l’œil ! Men’s Fitness a rencontré certains des plus grands experts de la nutrition et du sport et vous propose ces quelques astuces pour vous permettre de profiter de ces moments sans que cela ne finisse par se voir.

PRENEZ DE L’AVANCE

Numéro un du kit de survie aux repas de famille, mangez – discrètement – une petite heure avant d’aller à table. En ayant « grignoté » au préalable des aliments rassasiants et riches en nutriments, comme du blanc de poulet (sans peau) ou un filet de porc, vous serez moins tenté par les gâteaux à l’apéro ou les mets entreposés. Des chercheurs de l’université de Toronto ont montré que se préparer une boisson mélangée à environ 30 grammes de whey protéine avant un gros repas réduisait considérablement la quantité d’aliments que vous pouviez ingérer. Vous pouvez aussi ajouter de bonnes graisses et des glucides complexes pour éviter les fringales. Optez pour les avocats et surtout les lentilles et les pistaches, qui sont particulièrement saines car elles contiennent 90 % de graisses insaturées et sont une source de fibres rassasiantes.

PIÉGEZ VOS PAPILLES

Quand vous passez à table, quelques tactiques peuvent vous sauver. Par exemple, ne dévorez pas de grandes quantités des mets proposés mais goûtez plutôt un peu de tout. Il est scientifiquement prouvé que ce sont les trois premières bouchées d’un aliment que vous aimez qui vont envoyer des signaux de bien-être à votre cerveau ; après, c’est terminé ! N’ayez donc pas peur de prendre de plus petites portions ou de découper un petit four en deux. Il y a de grandes chances que quelqu’un se régale de l’autre moitié. Autre tactique efficace si vous ne pouvez pas faire l’impasse sur la tarte aux pommes de maman sans la vexer : repérez l’être le plus proche de vous susceptible de faire attention à sa ligne et à sa santé et proposez-lui de partager votre part du gâteau. Ainsi, les 400 kilocalories de votre portion se transformeront en 200 kilocalories. Dernier conseil : ne vous portez évidemment pas volontaire pour emporter les restes, car même si, malgré tous vos efforts, cette soirée aura été synonyme d’excès, ce n’est pas une raison pour aggraver les choses tout au long de la semaine.

N’AYEZ PAS PEUR DE L’ÉCHEC

Si votre mère vous a fait les gros yeux et que vous avez dû manger contraint et forcé la part de tarte entière, ne vous flagellez pas pour autant. Tout est une question d’équilibre, nous disent les experts. Les écarts ne sont donc pas irrémédiables, veillez juste à vous tenir à votre programme d’entraînement afin de ne pas casser l’inertie de vos efforts. Encore mieux, partez du principe que vous ferez un excès par semaine ; ainsi, vous ne culpabiliserez pas si cela arrive et vous serez satisfait dans le cas contraire. Il est aussi conseillé de s’entraîner le jour même de l’excès et de reprendre l’exercice dès le lendemain du gros repas. Autre tactique : redéfinissez ce qui est important lors d’un repas de famille. Reléguez les petits plats au dernier rang et concentrez- vous plutôt sur le plaisir de passer du bon temps ensemble. À l’anniversaire de votre papa, la star, ce n’est pas le gâteau !

Adam Bible