Mat Fraser
© Instagram Mat Fraser

Pour la troisième année consécutive, Mat Fraser a prouvé qu’il était l’Homme le plus Sportif sur Terre lors des CrossFit Games de 2018. Et pour la deuxième année d’affilée, l’écart avec la concurrence était tellement grand qu’il était assuré de la victoire finale avant la 14ème et dernière épreuve.

Mat Fraser : les 3 secrets de son succès

Tout comme le style de Mat Fraser, sa domination est plutôt due à sa régularité (il n’a remporté que deux épreuves mais s’est classé dans le top cinq à 10 reprises).

Même si sa victoire n’a surpris personne, la question se pose toujours : comment fait-il pour surpasser autant les autres athlètes ? Mat Fraser nous révèle ses trois secrets.

1. Analysez tout et cherchez votre faiblesse 

Chaque année, après les Crossfit Games, Fraser passe en revue le tableau des scores et les vidéos des épreuves pour identifier ses potentielles faiblesses. Après les Games de 2016, c’était les soulevés de terre. Il a passé six heures par semaine pendant trois mois à travailler cet exercice, ce qui lui a permis d’augmenter son record personnel de 13,5 kilos. L’année dernière, il a décidé de se concentrer sur la natation, ce qui lui a permis de se classer quatrième lors du Madison Triplus (500 mètres de nage, 1 kilomètre de paddle et 2 kilomètres de course à pieds) des Games de 2018.

« Avant, non seulement je terminais l’épreuve de natation à peine dans la moyenne des autres concurrents, mais cela me mettait en difficulté pour la suite. C’est donc une grande victoire pour moi ».

Cette année, Fraser a rédigé un document qui comprend le nom de l’événement, ce qu’il implique, à quelle place il s’est hissé, ce qu’il a aimé, ce qu’il n’a pas aimé, ce qu’il a bien fait et ce qu’il a besoin d’améliorer.

« Je lis ce document et je me dis « Okay, qu’est-ce que je n’ai pas aimé ou quelle a été ma faiblesse ? » ».

Fraser travaille ensuite cette faiblesse pour qu’elle ne représente pas un obstacle l’année suivante.

2. Challengez vous

En 2015, après un résultat désastreux lors des sprints, Mat Fraser s’est dit qu’il avait besoin d’améliorer sa technique. Il a cependant rencontré quelques obstacles en chemin.

« Je ne savais pas en quoi consistait une séance d’entraînement faite de sprints. Je ne savais pas comment m’échauffer, combien de répétitions ou de séries réaliser, ni quoi faire après la séance d’entraînement ».

Il a donc commencé à s’entraîner avec l’équipe du lycée national. Comme l’écrit Ben Bergeron, son coach de l’époque, dans son livre « il est passé du CrossFit, un environnement dans lequel il était à l’aise et dominant, aux sprints où il se faisait surpasser par des adolescents ».

Même s’il a été élu l’Homme le plus sportif sur terre trois fois, Fraser affirme qu’il aborde toujours l’entraînement dans le même état d’esprit. Il s’entraîne maintenant à Cookeville dans le Tennessee, entouré de spécialistes qui peuvent facilement faire mieux que lui.

« L’une des premières séances d’entraînement que j’ai suivie avec eux comprenait des développés-couchés et je suis presque sûr d’avoir terminé dernier », déclare-t-il.

Il en était de même pour les entraînements qui comprenaient des GHD situps et des pegboards.

« Je cherche toujours des séance d’entraînement qui donneraient un résultat catastrophique pour moi. Puis je me dis « qu’est-ce que je dois faire pour corriger ça ? » ».

3. Contrôlez vos nerfs, mais restez concentré

« D’habitude, je commence les compétitions en plein stress ». Il est souvent nerveux au point de vomir. Cela ne s’arrange pas lorsqu’il commence la compétition. « Je suis toujours pétrifié », mais Fraser a appris à se servir de ses nerfs de façon productive en restant concentré tout au long de la compétition.

« Beaucoup s’amusent et plaisantent. Ce n’est pas dans mon tempérament pendant la compétition. »

Contrairement à de nombreux CrossFitters d’élite, il n’est pas omniprésent sur Instagram, ne fait pas partie de groupes de CrossFit sur Facebook et n’utilise pas Reddit. Lors d’une interview aux Games de cette année, il a mis un point d’honneur à déclarer qu’il n’était normalement pas aussi réservé. Lorsque l’on lui demande ce qu’il pense de son image au sein de la communauté CrossFit, il répond : « mon Dieu, je ne sais pas. Je laisse les gens regarder les vidéos et les interviews et se faire leur propre opinion ».

Et en ce qui concerne les faiblesses qu’il a identifiées et auxquelles il souhaite remédier pour l’année prochaine ? Il rigole et déclare « je ne peux rien vous dire ».

 

Traduit par Mélanie Geffroy