scooter ville
©kymco

S’il s’impose comme l’un des moyens de transport les plus pratiques en ville, le scooter affiche des limites quand il s’agit de s’extirper des grandes agglomérations. Il existe toutefois des exceptions. 

Quel scooter pour sortir de la ville ?

Faire fi des embouteillages en se faufilant entre les voitures ou encore stationner facilement à deux pas de sa destination (excepté à Paris où la tolérance du stationnement sur les trottoirs semble avoir vécu, avec des amendes qui pleuvent désormais). Inimaginable en voiture, mais le quotidien de l’utilisateur de scooter. Ajoutez à cela des aspects pratiques qui font défaut à la moto, à moins d’ajouter de coûteuses et disgracieuses options, avec des rangements sur le tablier et surtout sous la selle. Sans oublier une protection efficace contre les éléments. On comprend donc aisément l’engouement pour ce moyen de locomotion, qui est en plus très abordable.

Reste que lorsqu’il s’agit de sortir des grands centres urbains, le scooter montre ses limites. Proscrit avec un 50 cm3, s’engager sur autoroute est un jeu qui peut s’avérer compliqué même en 125 cm3. En clair, si votre parcours vous amène à circuler sur des axes rapides ou des autoroutes, préférez un scooter de 400 cm3 ou plus. Comme par exemple le Kymco Xciting S400i que nous avons pu tester récemment. Il possède une allonge suffisante et surtout ses 37 chevaux lui permettent de naviguer à une vitesse de croisière de 130 km/h sur autoroute, et ce sans garder la poignée d’accélérateur vissée à fond. La mécanique est taillée pour cet exercice, et le confort est au rendez-vous avec plusieurs éléments fondamentaux à ce titre. D’abord la protection offerte par le tablier du Kymco Xciting S400i, mais encore et surtout son pare-brise réglable en hauteur. L’opération manuelle ne demande que quelques secondes et elle ne nécessite aucun outil. Toutefois, pensez à le faire avant de prendre la route car vos deux mains ne seront pas de trop. Ajoutez à cela des repose-pieds avec deux positions, des suspensions qui absorbent bien les aspérités de la route, et surtout une selle moelleuse avec un dosseret pour bien caler le pilote.

Kymco application gps
© Kymco – Jabiro Edison

Dernier argument et non des moindres, le Kymco est actuellement le seul constructeur à intégrer un GPS de série dans l’instrumentation de ses maxi-scooters. Celui-ci fonctionne de concert avec une application mobile gratuite baptisée Noodoe. Elle permet non seulement de personnaliser l’écran central du S400i ou de le localiser sur une carte, mais aussi de vous guider à bon port. Pour ce faire, il suffit de saisir l’adresse de destination sur le smartphone et la navigation se lancera automatiquement au démarrage du scooter. Les instructions s’affichent sous la forme de flèches accompagnée par la distance à parcourir avant le prochain changement de direction. Une fois à l’arrêt, il suffit d’appuyer sur le bouton dédié à côté de la poignée d’accélérateur pour changer l’affichage et consulter une carte globale ou plus détaillée, ainsi que des informations pratiques (heure estimée d’arrivée, distance restante, niveau de la batterie du smartphone).

Autre intérêt de Noodoe, plus besoin d’ôter ses gants pour consulter les notifications de son téléphone. Appels, messages, réseaux sociaux, tout s’affiche directement sur l’écran central du scooter, quand celui-ci est à l’arrêt bien entendu. Notez enfin que pour éviter que la batterie de votre smartphone ne vous lâche, le S400i est équipé d’un port USB dans le vide-poches gauche. Quand on vous dit qu’il a tout pour lui.

Par Driss Abdi