Les conseils de récupération de Christophe Hausswirth, responsable du département de la recherche à l’INSEP, auteur de améliorer sa récupération en sport, sorti en 2013.

LA RÉCUPÉRATION EST DEVENUE UN ENJEU MAJEUR pour préserver la santé du sportif et réitérer les performances. Aux méthodes de récupération parfois anciennes et prouvées s’ajoutent des techniques particulièrement innovantes.
À tel point que l’on dispose aujourd’hui d’un vaste panel de solutions : récupération active ou passive, étirements, massages, électrostimulation, luminothérapie, aromathérapie, application de chaud ou de froid, cryothérapie, hydrothérapie, sauna, hammam, infrarouges, compression, nutrition et réhydratation… Dans ce contexte, difficile de distinguer le vrai du faux. Christophe Hausswirth s’y est attelé en analysant et en synthétisant près de 1 650 articles scientifiques du monde entier. Objectif : faciliter la compréhension pour mettre en œuvre des politiques de récupération efficaces et adaptées.

CE QUI FONCTIONNE
UNE ALIMENTATION SAINE, ÉQUILIBRÉE, ET DU SOMMEIL
« Des choses très simples finalement, mais que je place au-dessus de toutes les autres méthodes. Vous pouvez multiplier toutes les techniques possibles de récupération, si vous dormez mal, à un moment donné le corps se met en veille et ne peut plus s’adapter. »
UNE PROGRAMMATION DE LA RÉCUPÉRATION EN FONCTION DES CHARGES D’ENTRAÎNEMENT
« Cela ne sert à rien de foncer en balnéothérapie après l’entraînement alors que la séance la plus difficile est le lendemain. Quand on aura compris ça, on aura fait un grand pas. »
PLUSIEURS MODALITÉS DE RÉCUPÉRATION EN MÊME TEMPS
« La combinaison de différentes techniques – froid, massage, électrostimulation… – effectuée avec pertinence me semble être le principal vecteur actuel de communication et de recherche pour les cinq années à venir. En combinant deux effets qui vont dans le même sens, on peut avoir un troisième effet plus important. C’est le 1 + 1 = 3. »
LE FROID
« Nous nous apercevons aujourd’hui avec des données scientifiques que les méthodes très anciennes de récupération par le froid, qu’utilisait déjà Hippocrate, sont très efficaces. Que ce soit pour diminuer un œdème ou résorber les phénomènes d’eau. »

À ÉVITER ! 
NE VOUS ACHARNEZ PAS
« Un muscle endommagé par l’exercice, sans être blessé, a besoin de repos. Ne vous obstinez pas à le masser. La fatigue est un processus normal. Sans fatigue, il n’y a pas d’adaptation physiologique, donc laissez faire les choses de temps en temps. Et n’oubliez pas : la récupération, c’est aussi ne rien faire. »
LA COMPRESSION
« On en est à se demander, finalement : pourquoi les gens utilisent de la compression dans le sport ? S’il semble y avoir aujourd’hui des présupposés qui commencent à montrer quelques résultats pour la compression après l’effort, la compression à l’effort ne sert strictement à rien. »
PAS D’INGRÉDIENT MIRACLE
« Arrêtez toutes les chimères et tout ce qui ne marche pas, concentrez-vous sur un équilibre alimentaire bien précis. Privilégiez les aliments favorables à la reconstruction des stocks sans aller chercher des compléments alimentaires qui peuvent polluer. Il faut revenir à des choses simples. »